• Ajaccio, La Parata, les Iles Sanguinaires

     

     

    retour à l'article "quatre balades littorales"

     

    Depuis plusieurs années, la route des Sanguinaires se termine sur un parking bien aménagé (mais payant, même en automne ! ), à partir duquel commence le sentier permettant de rejoindre la Pointe de la Parata, face au chapelet des Îles Sanguinaires.

    Ajaccio, La Parata, les Iles Sanguinaires

    Rappel : cliquer sur les images pour les agrandir

     

    On démarre en fait le long d'une piste  qui conduit à l'isthme qui sépare les deux tronçons de la presqu'île et qui abrite un bâtiment "touristique" desservi par une petite navette électrique à l'intention des promeneurs qui ne peuvent ou ne veulent pas marcher. On emprunte ensuite un sentier pavé qui mène à la pointe de la Parata proprement dite, face aux Îles Sanguinaires.

    Vers l'intérieur de la Baie d'AjaccioVers la Parata, et les Iles Sanguinaires

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Depuis l'isthme, vue vers le Nord. Au fond, Capo di FenoLes Iles Sanguinaires

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Sur le chemin du retourLa tour de la Parata,

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'isthme et (flèche jaune) le sentier du retour

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après l'isthme, nous empruntons un sentier tracé à flanc de la colline et enchâssé dans une épaisse végétation, notamment de lentisques et de salsepareille, avant de rejoindre le parking après 2,4 km et une cinquantaine de mètres de dénivelé.

    Ajaccio, La Parata, les Iles Sanguinaires

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Même les feuilles de salsepareille ont des épines !Près du parking, vue vers le Nord

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Beaucoup de plantes littorales le long de ce trajet, parmi lesquelles j'ai choisi cet euphorbe des Baléares (Euphorbia pithyusia, famille des euphorbiacées) comme fleur du jour. C'est une plante spécifique des sables et des rochers des littoraux méditerranéens.

    Euphorbe des Baléares

    A noter qu'un des îlots de l'archipel porte le nom de "i porri" qui fait allusions aux poireaux sauvages qu'on trouve en abondance un peu partout sur les rochers. Mais en cette période, il ne restait que des tiges desséchées...

     

    retour à l'article "quatre balades littorales"