• Camporeils par la Muntanyeta

    Avant la création de la piste forestière et a fortiori de la station de ski il n'y avait aucune raison de monter sur la Serra de Mauri pour aller à Camporeils, comme c'est désormais l'habitude. Le trajet par le fond de la vallée de la Lladure ( ICI ) et le "Salt dels Porcs" est une alternative mais il comprend quelques raidillons bien pentus et des passages rocheux.  Il y a longtemps les anciennes de la famille nous parlaient de leurs sorties à Camporeils en passant "par la Montagnette" et il y a toutes les raisons de penser que c'est l'itinéraire qu'elles jugeaient le plus commode. C'est ce que nous allons vérifier aujourd'hui.

    Inutile d'aller à la Calmaseille à pied et c'est donc du parking de la station que nous partons. Il est quasi-désert (la plupart des gens qui vont à Camporeils garent leur voiture bien plus haut, près de l'arrivée du télésiège) et nous nous dirigeons vers le réservoir d'eau en coupant les lacets de la piste.

    Camporeils par la Muntanyeta

    Passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

    Nous la laissons continuer vers le départ du second télésiège et prenons dans la forêt sur la droite un chemin herbu et quasi-horizontal. Peu après une barrière, à nouveau sur la droite, un étroit sentier se détache. La carte IGN semble indiquer qu'il sera moins accidenté que le chemin qui continue en montant. Nous choisissons de le suivre et la suite confirmera à quel point nous avons bien fait !

    Ce sentier est en effet bien tracé et régulier, en balcon, plus de deux cents mètres au dessus du Val de Galbe sur lequel il offre des vues magnifiques et originales.

    Le sentier en balcon sur le Val de Galbe. Vue vers l'amontLe sentier en balcon sur le Val de Galbe. Vue vers l'amont

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le sentier en balcon sur le Val de Galbe. Vue vers l'avalLe sentier s'élève dans cette combe

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après un bon kilomètre on quitte le bord du vallon et on s'élève dans une combe au milieu des genets. On débouche sur un épaulement où nous repérons, pour le retour, l'arrivée du sentier que nous n'avons pas pris, et on continue de monter régulièrement jusqu'à un plateau gardé par un bel orri en lauzes et sillonné par plusieurs petits ruisseaux. Un lieu enchanteur !

    La combe que nous avons montéeArrivée sur le plateau. Au fond à droite le Pic de la Muntanyeta

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Gros plan sur l'orriUn nouveau plateau

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    J'avais envisagé de nous arrêter là mais bon, si près de Camporeils, alors qu'il ne reste "que" 200 mètres à monter et que le sentier est bien tracé, en pente régulière et modérée, nous allons évidemment continuer. Par une successions de ressauts et de plas nous arrivons au pied de la dernière montée vers le col que nous atteignons par quelques lacets confortables au milieu des pierriers et des rhododendrons encore fleuris.

    Les pierriers au pied de la MuntanyetaOn aperçoit le col

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Encore un petit plaOn approche du but

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La cime des pics Péric apparaît quelques mètres avant le col, puis l'ensemble du site des Camporeils avec ses lacs et tous ses sommets. Nous parcourons quelques dizaines de mètres de part et d'autre du col pour profiter au mieux de ces vues exceptionnelles et trouver un lieu de pique-nique abrité de la tramontane glaciale qui a quand même le mérite de donner à l'air une transparence qui lui faisait défaut les jours précédents.

    Les lacs de Camporeils au pied des pics PéricUne autre vue

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'Estany Gros. Il y a (très) longtemps, un grand névé occupait à cette époque l'emplacement du pierrier au second planDu col, vue vers le Nord-Ouest

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après une longue pause contemplative nous retournons au carrefour repéré à l'aller en traversant à nouveau les rochers fleuris et les plas qui ressemblent à des jardins. Un peu en dessous de l'orri nous remarquons les traces d'anciennes ardoisières d'où ont été extraites des lauzes dont quelques unes, sans doute, couvrent encore certains toits du village.

    Au début de la descenteUn laquet temporaire asséché

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le talus de l'ardoisièreUn peu plus bas, une petite cascade

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Dès le début, ce nouveau sentier est peu visible et accidenté. Mais, comme il est presque cent mètres plus haut que celui du matin et que les vues en sont encore plus belles, nous continuons. Entretemps tous les nuages ont disparu et on peut contempler à loisir la Porteille d'Orlu. De loin en loin quelques cairns et quelques coups d'œil au GPS nous confirment que nous sommes bien sur la bonne trace.

    Au milieu des rhododendronsAu fond, la Porteille d'Orlu

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Assez rapidement arrive une première difficulté : un couloir d'avalanche très pentu d'une cinquantaine de mètres de large, en terre meuble où il ne subsiste qu'une vague trace de passage au milieu de quelques touffes de gispet . Et comme cette f... herbe est glissante même quand elle n'est pas mouillée, l'affaire est compliquée, d'autant qu'il vaut mieux ne pas tomber ... 

    Le couloir à traverser. Le fond de la vallée est 300 mètres plus bas.La suite du "sentier"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après une nouvelle portion superbe, mais toujours aussi vaguement tracée et chaotique, deuxième problème : au niveau d'un cairn à la limite d'un bosquet une trace bien nette continue tout droit alors qu'il n'y a rien d'évident vers le haut. Mais assez vite je m'aperçois que cette trace descend alors qu'il nous aurait fallu monter. Le retour au cairn s'imposait mais un gremlin me pousse à retrouver le bon sentier en montant schuss dans la forêt. C'est très pentu et instable, couvert d'aiguilles de pins très glissantes, encombré de branches basses. Après une vingtaine de mètres péniblement gagnés, nous quittons ce terrain pour un couloir herbu à peine moins inconfortable. Là non plus il ne faut pas glisser mais on peut s'accrocher à quelques touffes de rhododendrons et finalement nous arrivons à déboucher sur un reste de piste, tout près du captage alimentant le village.

    On est encore très haut au dessus du Val de GalbeJ'arrive au bout de la galère

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Cette piste, qui a dû servir au moment de la création du captage, n'a visiblement pas été empruntée depuis longtemps. Elle est très pentue, encombrée de végétation et de rochers de toutes tailles et c'est avec un vrai soulagement que nous retrouvons enfin le chemin du matin en nous disant que nous avons bien fait de choisir l'autre sentier pour monter. La fin du parcours est maintenant une promenade et nous retrouvons la voiture au bout de cette splendide balade de plus de 13 km et 600 m de dénivelé qui a confirmé la qualité de cet itinéraire pour rejoindre les Camporeils.

    C'est la finesse des saxifrages qui a attiré mon objectif aujourd'hui : la saxifrage étoilée (Micranthes stellaria)  sur des rochers au milieu des ruisseaux et la saxifrage faux géranium (Saxifraga gerianoides) sur les parois rocheuses humides, notamment dans l'ardoisière.

    Saxifrage étoiléeSaxifrage faux géranium (remarquer la forme des feuilles)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Saxifrage faux géranium

     

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    couperose
    Jeudi 18 Juillet à 20:44

    tu es increvable! pas besoin de te demander comment vont tes genoux! magnifique photo macro du saxifraga gerianoides

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :