• Dans le massif du Madres

    Avec le retour du plein beau temps après un court épisode orageux nous partons faire la balade envisagée depuis un moment dans le massif du Madres et de la Pelade.

    Profitant des conclusions de la reconnaissance effectuée il y a dix jours au départ du col de Creu ( ICI ), nous rejoignons en voiture le col de Sansa puis les environs des Estagnols où nous nous garons à l'endroit où le sentier "Tour du Capcir" se sépare de la piste.

    Le massif du Madres

    Passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

     Suite à un problème technique non encore résolu, il se peut que vous ayez à "rafraîchir" ou "recharger" la page pour voir les images en taille réelle dans des conditions normales.

     

    Nous traversons avec précaution le troupeau de vaches qui campe près du départ puis nous suivons quasiment à plat le sentier détrempé par les pluies de la veille jusqu'au Pla de Grill, où, une fois franchie la passerelle sur le Cabrils, la montée commence.

    La balade débute dans la brume et l'humiditéLe Cabrils au Pla de Grill

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après un premier raidillon on arrive sur un plateau qui abrite un bois d'épicéas et de mélèzes, puis la montée reprend, au milieu d'un jardin de rocailles fleuri de rhododendrons, d'orchidées, de boutons d'or ...

    Au bord de la rivièreLe bois d'épicéas et de mélèzes

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Montée au milieu des rhododendronsMontée au milieu des rhododendrons

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un vrai jardinUn parterre d'orchidées (orchis tacheté)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Progressivement, le paysage se dégage, aussi bien vers les sommets où sont encore accrochés quelques nuages que vers l'aval.

    Le Madres est encore dans les nuagesVue vers l'aval (au fond, le village et les pistes des Angles)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A l'endroit où le sentier (bien balisé en rouge et jaune) tourne franchement à droite nous continuons un moment pour aller à l'entrée du Clot Rodon, vaste étang comblé au pied du cirque formé par les crêtes qui vont du Roc Nègre au Madres.

    Le Clot RodonLe Clot Rodon

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous retournons sur le sentier qui nous amène au col de la Perdrix où coule la fontaine du même nom et faisons un détour jusqu'au refuge d'où on découvre le Gorg Negre puis un autre vers le Nord pour trouver un emplacement de pique-nique abrité du vent avec vue sur les autres étangs de Nohèdes (Gorg Blau et Gorg Estelat) et, en toile de fond, le Canigou.

    La Font de la PerdixLe Gorg Negre

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les Gorgs Blau et EstelatZoom sur le Gorg Blau

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous entamons ensuite la longue traversée du Pla qui nous sépare du Pic de la Pelade. Tout ce plateau est gorgé d'eau, ce ne sont que mouillères et tourbières séparées par des rochers où poussent quelques rhododendrons. Sous le ciel bleu complètement retrouvé, aucun problème d'orientation mais c'est un endroit dont il faut se méfier par mauvais temps et surtout s'il y a du brouillard. Au gré du déplacement, nous avons, à gauche, des vues sur tout le Roussillon jusqu'à la mer (mais l'air n'est pas assez transparent pour voir aujourd'hui aussi loin), à droite des vues sur les sommets qui bordent à l'Ouest le Capcir, et, plus loin, vers la Cerdagne.

    Mouillères et linaigrettesRochers er rhododendrons

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vue vers l'Est et le Roussillon Au pied du Pic de la Pelade, vers l'Ouest

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Panorama depuis le col au pied du Pic de la Pelade, du Roc Blanc, en Ariège, à la Cerdagne

     

    Au col qui nous sépare du sommet du Pic de la pelade, nous entamons la descente dans un raide couloir herbeux. Il y a plus de 300 mètres à perdre, heureusement l'herbe a séché et on ne glisse pas, et progressivement un sentier plus confortable apparait et nous amène à la jasse de Pinouseil et son bois de mélèzes.

    On entame la descenteLa jasse de Pinouseil

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après une bonne centaine de mètres sur la piste nous prenons à droite un sentier qui nous conduit, à peu près de niveau, au Pla de Grill où nous retrouvons le troupeau du matin. En retournant au parking nous croisons les vaches retardataires qui nous laissent de mauvais gré le passage sur le chemin qu'elles ont copieusement sali. A l'arrivée, 13 km et 550 m de dénivelé pour une balade variée : jardin montagnard dans la montée, landes avec vues panoramiques sur les Plas.

    Arrivée au Pla de GrillSur le retour, face à nous, le couloir suivi pendant la descente

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Justement, hommage à deux fleurs qui décorent avec une ténacité méritoire les landes rases et rudes des sommets : l'ibéris toujours vert (Iberis sempervivens, brassicacées) et la saxifrage musquée (Saxifraga moschata, saxifragacées).

    IbérisSaxifrage

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Saxifrage

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Samedi 13 Juillet à 20:49

    Encore une magnifique rando que j'ai faite virtuellement, et je me suis régalée. Magnifiques paysages ! Amitiés.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :