• De Gigaro au Cap Taillat

    Il y a un peu plus de deux ans la magnifique presqu'île des caps Taillat et Lardier a été victime d'un grave incendie dont nous avions constaté peu après les ravages à l'occasion d'une balade en kayak au départ de l'Escalet ( ICI ).  Nous y retournons aujourd'hui en espérant y trouver une nature renaissante.

    Nous partons du parking aménagé un peu au dessus de la plage de Gigaro. Dimensionné pour les foules de l'été, il est immense et il est, ce matin, complètement vide. Nous nous engageons sur le sentier littoral, bien entretenu et récemment rénové par endroits.

    Sous le beau soleil de cette journée, la côte est superbe. Après la plage de Jovat nous arrivons à la plage du Brouis.

    Départ de la plage de GigaroBarbes de Jupiter sur le sentier littoral. Au fond, les îles du Levant et de Port-Cros

     

     

     

     

     

     

     

     

     Passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

    "Tunnel" sur le sentier littoralUne petite crique sympathique

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Arrivée à la plage du BrouisVers la pointe du Brouis

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous abandonnons le sentier littoral pour nous diriger,  d'abord par un étroit sentier parfumé de quelques mimosas puis par une piste le long des vignes, vers le domaine de la Bastide Blanche. Les restes de l'incendie sont ici bien visibles, les carcasses de dizaines de pins parasols sont encore debout, mais, à leur pied, les plantes du maquis ont bien repris. Les bruyères arborescentes sont même déjà en fleurs.

    On quitte la plage du BrouisSur la piste le long des vignes

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il nous faut ensuite contourner le domaine. Au  début, le trajet est évident et il est balisé de loin en loin par quelques panneaux puis le sentier se perd au milieu de cistes touffus. Faute de la moindre indication, au carrefour suivant nous rejoignons le bord du ruisseau où se trouvait autrefois le sentier qui figure toujours sur la carte. A son extrémité nous nous rendons compte qu'en fait il est à l'intérieur du domaine et après un peu de gymnastique avec les clôtures (visiblement nous ne sommes pas les premiers à nous être égarés) nous retrouvons la trace "nominale" et débouchons sur la plage de Briande. Nous la longeons jusqu'à un beau coin de pique-nique au bout de l'isthme de sable qui relie le Cap Taillat au continent.

    Un puits au bord du cheminOn approche du Cap Taillat

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Et voilà la plage de Briande. magique, non ?La presqu'île du Cap Taillat

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le tombolo du Cap Taillat. Au fond, à gauche, le Cap CamaratVers l'Ouest, au fond, le Cap Lardier devant l'île du Levant

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après le pique-nique, tandis que certains poursuivent la pause sur la plage nous montons à l'extrémité du Cap Taillat. Les pins ont brûlé mais l'essentiel de la végétation, notamment les barbes de Jupiter, s'est maintenu et l'ensemble n'a heureusement pas l'aspect désolé que nous craignions de rencontrer. Les vues panoramiques depuis le sentier et la plate-forme terminale sont superbes.

    Dans la montée au Cap TaillatLa pointe du Cap Taillat

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une "guérite napoléonienne " Quelques ruines sur le Cap Taillat

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Derrière le sémaphore de Camarat, les neiges du MercantourUn gabian photogénique

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Derrière une carcasse de pin d'Alep, une eau de rêveLa côte devant la Maison des Douanes

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De retour sur l'isthme nous reconstituons le petit groupe et nous entamons le retour en nous dirigeant vers la maison des Douanes, puis le Dolmen de la Briande. La piste évite le Domaine de la Tourraque et elle se dirige sur la crête qu'elle suit un moment avant de plonger sur Gigaro. Bien que cette partie du trajet soit plus belle au printemps quand elle est couverte de fleurs, les vues qu'elle dégage sur la Baie de Briande en font un passage intéressant. A quelques centaines de mètres de l'arrivée sur la plage, on termine la balade au milieu des mimosas. Au final 14 km et 350 m de dénivelé.

    La Baie de Briande depuis les crêtesDans la descente sur Gigaro. Au fond, de gauche à droite, le Levant, Port-Cros et Bagaud

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La bonne nouvelle c'est que le maquis semble en bonne voie de reprise. Seul dommage qui sera longtemps irréversible : la disparition de nombreux pins parasols. Près de l'isthme de Taillat, le sol était constellé de belles taches jaunes. Il s'agit, fleuri un mois plus tôt que lors de notre dernière visite terrestre ( ICI ), du séneçon à feuilles grasses (Senecio leucanthemifolius, subsp. crassifolius, famille des astéracées), endémique des rochers du littoral méditerranéen.

    Séneçon à feuilles grasses

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :