• De l'eau à Allauch

    Quand de fortes pluies laissent espérer qu'il y aura de l'eau vive dans des endroits où d'habitude il n'y en à pas, je ne peux pas résister. Sans doute un atavisme ancré dans un petit hameau des Basses Cévennes où la source était parcimonieuse et intermittente. La semaine dernière c'était une visite à la source du Bousquet. Aujourd'hui, c'est avec avec l'ami Boscodon que nous allons une nouvelle fois vers le vallon des Escaouprès, au pied du Taoumé cher à Marcel Pagnol.

    Départ du parking près du cimetière d'Allauch où l'abondance des voitures montre que nous ne sommes pas les seuls à avoir cette idée. Le démarrage en montée est un peu rude mais après le col de Cante-Perdrix la pente s'adoucit et nous permet de profiter de vues superbes vers tout le Nord-Ouest, du massif de l'Étoile à la Baie de Marseille.

    De l'eau à Allauch

     Rappel : passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

     

    La face Ouest de la Pounche des Escaouprès Vue vers l'Ouest et Marseille

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vers le Nord, le Pilon du Roi (à gauche)En contournant la Pounche des Escaouprès

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après avoir contourné  la Pounche des Escaouprès on entre dans le vallon éponyme et on fait une première étape à la Font Berguette. De l'eau s'écoule doucement du trou supérieur, ruisselle jusqu'à la vasque qui déborde, mais rien à voir avec notre première visite ( ICI ). Nous étions alors partis de Toulon sous la pluie et étions arrivés sur place juste à la fin des averses. Aujourd'hui il n'a pas plu dans la nuit et nous arrivons probablement un peu tard pour assister à la phase la plus spectaculaire des phénomènes.

    Le vallon des EscaouprèsLa Font Berguette

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'eau sort du trou supérieurAujourd'hui, la vasque est alimentée par le ruissellement. En d'autres circonstances on a vu le jet y arriver directement

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On longe ensuite le ruisseau qui coule au fond du vallon jusqu'à la source du Chien.

    Marmites en amont de la Source du ChienLe petit barrage

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La source du Chien (sur la porte : "Respecter l'eau", un bon conseil)La vasque alimentée par la source

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Puis nous allons établir notre coin pique-nique au pied de la cascade, une centaine de mètres en aval de la source.

    Arrivée à la cascadeLa cascade

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il n'est pas passé assez d'eau pour nettoyer le bassinPlus haut, la grotte de l'Etoile

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous montons ensuite à la grotte de l'Étoile par une étroite sente à travers la végétation. De l'eau s'en échappe. Le débit est faible et seul un petit ruisseau serpente dans la grotte. Là non plus ce n'est pas le flot puissant rencontré la première fois, mais le spectacle est toujours aussi prenant. Après un détour à la grotte des Chèvres on atteint le  seuil des Bartavelles et quelques centaines de mètres plus loin sur le plateau nous prenons la piste qui contourne par l'Est le sommet de Grande Tête Rouge. Au passage, on découvre le sommet du Garlaban avant de descendre jusqu'à la source du Laurier, bien cachée par les buissons, mais il n'y a pas d'eau.

    Le ruisseau qui sort de la Grotte de l'ÉtoilePassage à la grotte des chèvres

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vue panoramique vers l'EstLa source du Laurier

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Retour direct par le Peynaou et arrivée au parking après 9 km et 400 m de dénivelé.

    En fait cette nouvelle visite confirme ma première impression. Les écoulements intenses ne durent que très peu de temps après les pluies. Il s'agit sans doute, à la Font Berguette comme à la Grotte de l'Étoile, de poches d'eau qui se vidangent  rapidement (cela semble être une question d'heures). Les ruissellements superficiels durent encore un certain temps (quelques jours ?), mais pour l'essentiel l'eau s'enfonce dans le massif calcaire et ne ressort sous forme de sources importantes que beaucoup plus bas. Les quelques points d'eau plus ou moins permanents doivent bénéficier de situations géologiques favorables. C'est aussi ce qu'on a observé dans le massif de Siou Blanc.

     

     

                                   

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Dimanche 11 Novembre à 19:17

    Respectez l'eau, elle sert à couper le pastis!

    Nous avons presque regretté de ne pas avoir emporté nos maillots de bain, tant la vasque au pied de la cascade était claire. Dommage, un bain au pied du Taoumé un mois de novembre, cela aurait marqué les annales!

    En tous cas, superbe rando, ô combien bienvenue par une journée miraculeusement sans pluie dans une période de déluges.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :