• Fleurs de lis

    Les mois de Juin et de Juillet sont ceux pendant lesquels on peut observer, en Provence comme en Corse et dans les Pyrénées, la floraison des lis.

    Les "vrais" lis appartiennent à la famille des liliacés.

    Dans le Var, le plus courant est sans doute le lis martagon (Lilium martagon) que nous avons traqué fin Mai sur le plateau  de Siou Blanc (ICI), et qui a dû fleurir dans la deuxième quinzaine de Juin, à un moment où malheureusement la route forestière était déjà fermée et l'accès compliqué. Mais nous l'avions aussi rencontré en plusieurs endroits au Nord de la Sainte Baume (Caramy, Huveaune, ... ). Il est  abondant en Juillet dans le Capcir, en particulier dans la Vallée du Galbe. Ses fleurs roses pourpres tachées de brun sont en turban, pendantes, les feuilles sont ovales et en majorité verticillées (i.e. en rosettes). Les anthères au bout des étamines sont rouge-brique.

    Lis martagon en feuilles (Siou Blanc)Lis martagon (Val de Galbe)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Lis martagon, détail de la fleur (Val de Galbe)

    Dans les Alpes et en Corse, on rencontre le lis orangé (Lilium bulbiferum, Lilium croceum), dont les fleurs en entonnoir sont dressées. Les feuilles sont linéaires. L'exemplaire ci-dessous a été photographié dans une clairière couverte de fougères en Corse au dessus de Castiglione, au pied des aiguilles de Rundinaia. Anecdote amusante: un autre randonneur, G.W., a photographié un lis orangé à peu près au même endroit, quelque jours plus tôt (ICI). Comme nous n'en n'avons vu qu'un exemplaire dans tout ce coin, il est plus que probable que nous avons photographié la même fleur !

    Lis orangé (Corse)Lis orangé (Corse)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Enfin, dans les Pyrénées, nous avons rencontré le lis des Pyrénées (Lilium pyrenaicum), dont les fleurs pendantes en turban sont d'un  jaune éclatant, avec des anthères vermillon. Les feuilles nombreuses, verticillées, sont linéaires.

    Lis des PyrénéesLis des Pyrénées

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Lis des Pyrénées (vallée d'Eyne)Lis des Pyrénées (val de Galbe)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pour épuiser les genre lilium, il nous faudrait encore le lis blanc (Lilium candidum) et surtout le lis rouge (Lilium pomponium), aux fleurs analogues à celles du lis martagon et du lis des Pyrénées, mais d'un beau rouge feu (ICI). Il paraît qu'on en rencontre dans les gorges du Verdon. L'an prochain, peut-être ...

    La famille des liliacées a perdu bon nombre de ses genres au profit des asparagacées, des xanthorrhéacées et des amaryllidacées. Pour ceux qui s'étonneraient que des plantes puissent ainsi "changer de famille", il faut préciser que les classifications sont en perpétuelle évolution, en particulier avec les progrès de la génétique moléculaire. J'utilise  comme référence la "Flore de la France Méditerranéenne Continentale" (J.M. Tison, P. Jauzein, H. Michaud, Naturalia Publications, 2015), ouvrage récent et exhaustif.

    C'est pourquoi d'autres fleurs portent le nom de lis sans faire désormais partie de la famille des liliacées.

    C'est  le cas du lis des sables (Pancratium maritimum ) qui pousse sur les dunes littorales - en particulier le long de la route du sel à Hyères - , dont les fleurs sont très odorantes et qui appartient à la famille des amaryllidacées. Une des différences avec les liliacées tient à la disposition des feuilles, qui sont toutes basales pour les amaryllidacées (pas de feuilles le long des tiges ; par exemple, les jonquilles font aussi partie de cette famille). Une "paracorolle" à 12 dents porte les  6 étamines.  Les sépales sont soudées sur au moins la moitié de la longueur de la fleur, en forme de long tube. Les feuilles sont vert glauque, épaisses, et sont vrillées longitudinalement. Contrairement encore aux liliacées dont les graines sont grises ou roussâtres, les graines du lis des sables, facilement observables en fin de saison, sont noires.

    Lis des sables (Hyères)

    En Corse, à basse et moyenne altitude, au printemps, on rencontre un lis très voisin, appartenant à la même famille, le pancratium d'Illyrie (Pancratium illyricum). Ses feuilles sont plus larges, et la paracorolle est réduite et profondément divisée. Les fleurs sont également très odorantes.

    Pancratium d'Illyrie (Corse)Pancratium d'Illyrie (Corse)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    C'est enfin le cas du lis de Saint Bruno (Paradisea liliastrum, famille des asparagacées) que l'on rencontre dans les Alpes, les Cévennes et les Pyrénées Orientales. Les fleurs blanches, odorantes, sont toutes du même côté de la tige. Les feuilles, toutes radicales, sont étroites et presque aussi longues que la tige

    Lis de Saint Bruno (Hautes Alpes)

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :