• La cabane Oller, au milieu des genêts en fleurs

    La météo prévoit des orages cet après-midi. La promenade du jour sera donc courte : un aller-retour au refuge Oller, sur les pente du massif du Madres, au dessus de Réal et d'Odeillo.

    Le parking est à l'entrée du hameau d'Odeillo, aux maisons bien rénovées et aux jardins léchés.

    Odeillo, la cabane Oller

    Rappel : passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

     

    On commence par suivre une piste en balcon sur le lac de Puyvalador jusqu'à celle qui vient de la Forge. Un peu plus loin, avant un virage à droite, le sentier (balisé, c'est le PR "tour du Capcir") part sur la gauche en montée régulière et en sous-bois. Le dernier lacet est abandonné et remplacé par un court raidillon qui mène à la jasse où se trouve la cabane Oller.

    Peu après le départUn peu plus haut

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ce gué a été shunté par une passerelleLe sentier dans la forêt

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Plus haut, sur les pentes exposées au Sud la forêt est remplacée par des grandes étendues de genêts, toutes jaunes en cette saison. De la terrasse devant la cabane et du petit sommet qui la domine on a des vues panoramiques superbes sur le Nord du Capcir , sur le Donézan et sur les montagnes qui les bordent à l'Ouest.

    La cabane OllerVue vers l'Ouest

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vue vers le Nord-Ouest

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ce refuge a été "bichonné" en 2014 par une sympathique association ( ICI ) qui apporte " du beau, du chaleureux et de l'utile aux cabanes ... libres de montagne". Le résultat est à la hauteur : propre, bien équipé, il peut offrir aux randonneurs une étape agréable.

    La cabane OllerLe poêle lié au nom de l'association ("tous à poêle")

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous traversons la jasse et poursuivons quelques centaines de mètres sur le sentier en direction du Madres , au milieu des genêts.

    Au fond, en contre-jour, le Roc Mary

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On entame la descenteToujours des genêts

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous revenons à la cabane et retournons par le même trajet. A l'arrivée, 8,5 km et un peu plus de 350 m de dénivelé

    Voici quelques fleurs glanées le long du chemin. D'abord deux apiacées : le boucage (Pimpinella major) aux belles ombelles roses, et la berce des prés (Heracleum sphondylium) :

    BoucageBerce

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Puis une plantaginacée, la véronique petit chêne, Veronica chamaedrys, et une lamiacée, le lamier à grandes fleurs , Lamium garganicum.

    VéroniqueLamier

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Mais une fleur du jour s'impose : c'est le genêt. En fait, il y a deux sortes de genêts en buissons sur ces pentes : le genêt à balais (Cytisus scoparius) et le genêt "purgatif" (Cytisus oromediterraneus). Le premier a des rameaux cannelés, des feuilles en général trilobées, des fleurs dont les ailes et la carène sont pendantes et le style enroulé. Le second a des rameaux simplement striés (sans relief), des feuilles simples (et rares à l'extrémité des rameaux), des fleurs plus petites, très odorantes, des gousses velues sur toute leur surface.

    Rameaux et feuilles de genêts à balaiFleur de genêt à balais

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Fleurs de genêt purgatifRameaux et feuilles de genêts purgatifs

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Labit P
    Dimanche 1er Juillet à 14:44

    Framboises et myrtilles?

    Il y aurait une berce ( "du Caucase") qui serait toxique et envahissante?

      • Dimanche 1er Juillet à 20:39

        Un peu tôt pour les premières.

        La berce du Caucase est une plante invasive et elle a effectivement une sève phototoxique, mais elle est inconnue chez nous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :