• La Colle du Rouet, l'Endre, le moulin de Gournié

    Pendant le reste du mois d'Avril nous devrons rester à moins de 10 km de Toulon. Alors nous profitons des derniers moments de distance illimitée pour aller près du Muy, au pied des roches rouges de la Colle du Rouet et dans la vallée de l'Endre.

    Sur la route de Bagnols-en-forêt un parking confortable a été aménagé à l'entrée de la piste des Pradineaux , juste après le pont sur l'Endre.

    Nous partons vers le Nord sur cette piste, en nous rapprochant de la rivière chaque fois qu'un sentier nous en donne l'occasion. Il y a un peu d'eau mais le débit est faible. L'état du lit et des berges montre néanmoins que ce n'est pas toujours le cas et qu'il doit survenir des crues impressionnantes. Sur les bords de la piste les iris sont abondants, et ici, ils sont tous violets.

    L'Endre en amont du pontVue vers le pont

     

     

     

     

     

     

     

      Passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

    L'Endre plus en amontAvant une courte descente sur les Pradineaux

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ressaut sur un affluent de l'EndreLa belle pinède autour des Pradineaux

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les arbres de Judée sont en fleursLe pic Rébéquier

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après avoir traversé la belle pinède autour des Pradineaux on arrive au "trou de Gournié", vaste étendue d'eau au bord de laquelle se trouvent les restes d'un moulin. Une retenue en amont devait assurer l'alimentation du moulin.

    Le moulin de GourniéLe moulin de Gournié

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le moulin de Gournié

     

     

     

     

     

     

     

     

    En amont du barrage le sentier s'élève sur les rochers. Il passe à un belvédère sur l'entrée des gorges de l'Endre puis rejoint au pas des Vaches un chemin qui redescend vers les Pradineaux. Nous le suivons sur une cinquantaine de mètres et prenons sur la gauche un sentier qui monte vers le pic de Rébéquier. Il devient rapidement dégradé et très pentu et c'est après une rude montée qu'on arrive à un replat où nous trouvons une terrasse ombragée face à la plaine de l'Argens pour la pause pique-nique.

    En montant au belvédèreL'entrée des gorges de l'Endre

     

     

     

     

     

     

     

     

    Peu avant le Pas des VachesPrès du coin pique-nique, face à la plaine et au Rocher de Roquebrune (surligné)

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un sentier à nouveau très dégradé mais agrémenté par un superbe paysage de roches rouges et la traversée de deux gués où subsiste un peu d'eau nous amène sur la piste de la Règue-Nord.

    Descente vers la piste de la RègueUn premier gué

     

     

     

     

     

     

     

     

    Suite de la descenteUn second gué

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous partons ensuite plein Sud sur un sentier parallèle à la piste des Corbières puis sur la piste elle-même avec un détour vers une charmante pièce d'eau anonyme. Nous rejoignons la route et terminons la balade sur un bon sentier bordé d'iris qui descend le long d'un ruisseau presqu'à sec jusqu'au parking. Une promenade variée et agréable de 10 km et environ 250 m de dénivelé.

    Sur la piste de la RègueIris, maquis et rochers rouges

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au bord de l'eauAu bord de l'eau

     

     

     

     

     

     

     

     

    Faute de pluie récente, à part les cistes, omniprésents mais encore à leurs débuts, les fleurs étaient concentrées dans les lieux qui peuvent retenir un peu d'humidité : bord des ruisseaux, fonds de thalwegs ... Au bord de l'Endre, des tapis de consoude (sans doute la consoude tubéreuse, Symphytum tuberosum, famille des boraginacées) et un peu partout en grande quantité des iris, de la même espèce que les iris jaunes rencontrés au dessus du lac de Bimont  (Iris lutescens) mais cette fois presque tous violets.

    Ciste cotonneuxConsoude

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Iris

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Lundi 5 Avril à 21:01

    Magnifiques tes photos qui m'ont vraiment fait prendre "l'air", je me suis régalée !!! Je ne sais pas si je te l'avais dit dans un précédent commentaire, mais j'ai habité Toulon pendant les premières années de mon mariage (de 1970 à 1974). Nous logions dans le quartier de la Loubière, beaux souvenirs ! J'y retourne régulièrement car l'aimais beaucoup.  allez, bisous et bonne soirée.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :