• La Crau, le dolmen de Montbel

    Les collines au nord de La Crau offrent une nature sauvage à deux pas de Toulon. A ce titre, elles ont plusieurs fois reçu notre visite, mais le dolmen de Montbel (ou de Maubelle), absent des cartes IGN jusqu'à une date récente et ne faisant pas vraiment partie des curiosités archéologiques majeures du département, n' a pas  eu cet honneur. Aujourd'hui, nous allons corriger cet oubli.

    Une des difficultés pour cette promenade est la présence de propriétés privées inaccessibles aux randonneurs en bordure de la route qui mène à la Navarre. C'est pourquoi nous avons choisi de démarrer par la piste qui débute à l'entrée de ce domaine et de revenir au plus près de cette piste. Le long de notre trajet, nous n'avons rencontré aucune interdiction (N.B. cette situation est susceptible d'évoluer dans le temps. A chacun de vérifier et le cas échéant de s'adapter aux circonstances du moment).

    La Crau, le dolmen de Montbel

     Rappel : cliquer sur les images pour les agrandir

     

    Le circuit débute en face d'un oratoire dédié à Notre-Dame de la Route et s'élève à flanc de la colline. On dépasse l'accès à un terrain d'aéromodélisme, puis on découvre la vallée de Sauvebonne et ses couleurs d'automne. Arrivés sur la crête, la vue s'ouvre vers l'Ouest et notamment le Coudon.

    L'oratoire en face du départ de la pisteLa vallée de Sauvebonne. Au fond, le village de Pierrefeu

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le collège de la Navarre, vu de la pisteAu fond, vers l'Ouest, le Coudon

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après environ 1 km sur la crête vallonnée, un gros cairn sur la gauche signale l'étroit sentier qui conduit au dolmen. Celui-ci est constitué d'un tumulus de pierres sèches dont les parois extérieures du côté Ouest sont bien conservées, mais ce tumulus a dû s'effondrer sur la chambre funéraire, si bien qu'on ne distingue, du côté Est, ni celle-ci ni son habituel couloir d'accès. Considéré par certains comme plus ou moins analogue par ses caractéristiques (forme ronde, accès à l'Est, ...) à plusieurs dolmens que l'on trouve dans le Gard, il est attribué aux Ligures.

    Le dolmen (face Ouest)Le dolmen (face Est)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Devant cet amas de pierres, qui, en son temps, fut sans doute un lieu vénéré, il me revient quelques vers tirés d'un poème de Scarron que J.V. nous a récité (en entier !) devant les ruines du "camp de Penon" à Sainte-Anne du Castellet :

    Superbes monuments de l'orgueil des humains,

    Pyramides, tombeaux, dont la vaine structure

    A témoigné que l'art, par l'adresse des mains

    Et l'assidu travail, peut vaincre la nature

    ... Par l'injure des ans vous êtes abolis

    ou du moins, la plupart, vous êtes démolis ...

     Le dolmen (face Sud)Au fond (ovale bleu), l'étang à sec

     

     

     

     

     

     

     

     

     Le sentier continue par une descente par endroits très pentue puis emprunte les restes d'un large chemin bâti pour rejoindre la plaine dans laquelle se trouvent les vignes et l'étang de Montbel. Celui-ci, que nous avons vu plein il y a 3 ans est complètement sec, et, à l'évidence, depuis un bon moment. Du coup, on découvre que sa rive Est est un assemblage de rochers et qu'il s'agit d'une réserve collinaire peut-être bâtie par les moines du couvent de Montbel pour irriguer les terres de la vallée.

    L'étang de MontbelL'étang de Montbel

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un oratoire se trouve sur une "presqu'île" d'une dizaine de mètres dont les "berges"  constituent de bons sièges pour le pique-nique. Pour le retour, on remonte le vallon le long des vignes puis on rejoint la crête sur laquelle on reste pour ne descendre, par un sentier difficile, escarpé et accidenté, que vers la piste et la voiture.

    Une réserve d'eau (vide) sur la crêteLa "presqu"île" et son oratoire

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous avons parcouru 6,2 km pour 200 m de dénivelé. Peu de fleurs sur ce trajet : il me faut me tourner vers  les pâquerettes des bois ou pâquerettes d'automne (Bellis sylvestris, famille des astéracées), abondantes sur les bas-côtés de la route et des pistes.

    Pâquerette des bois

     A moins de choisir ce vulcain sur une branche de lentisque...

    Vulcain et lentisque

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :