• La Madrague, Escampobarriou

    Pour un résident de Toulon, une balade sur les sentiers littoraux de la presqu'île de Giens relèverait presque du banal. Mais pour une sortie familiale avec des "estrangers" en vacances, c'est toujours un magnifique spectacle.

    Il est 11 heures, la mer est plate, le soleil brille mais semble encore bien bas en ces premiers jours d'hiver quand nous quittons le parking en bordure de la route, peu après la Madrague.

    La Madrague, Escampobarriou

    Rappel : cliquer sur les images pour les agrandir

     

    Un sentier nous amène directement au bord de l'eau, au fond de la "Calanque du four à chaux" et nous entamons sur le sentier littoral, au plus près de la côte, le tour de l'extrémité Ouest de la presqu'île.

    La Calanque du four à chaux et l'île de la RedonneUne portion de chemin "très creux"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    En second plan, l'Île LongueL'Île Longue

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le Pain de Sucre

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après la Pointe des Chevaliers, le sentier s'élève sous un couvert très dense d'arbousiers et de chênes verts déformés par le vent. Avant la descente vers la Pointe d'Escampobarriou, on découvre la paroi de la Calanque du Blé dans laquelle se découpent les entrées des grottes explorées en kayak en Septembre dernier (ICI).

    Au milieu des arbousiersLa Calanque du Blé. Remarquer la végétation déformée par le vent

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La Pointe d'Escampobarriou est, en ce jour de vacances, encombrée de pique-niqueurs et, après une photo, nous revenons en arrière pour trouver un coin plus tranquille en terrasse sur la mer.

    Sur le Cap d'Escampobarriou. Au second plan, la Pointe du Rabat. Tout au fond l'île du Grand Ribaud devant Porquerolles. Vue vers le Nord

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous quittons ensuite le sentier pour une piste anciennement militaire qui conduit à des bâtiments désaffectés et bien abîmés, et qui se prolonge à flanc de colline avec de superbes vues vers le Sud et Porquerolles.

    Le Grand Ribaud devant PorquerollesTout au fond à gauche, l'île du Levant

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La piste rejoint celle qui va à la plage de la Darboussière, et, en tournant à gauche, on arrive au port de la Madrague, bien moins occupé qu'en été, puis à la voiture après un peu plus de 6 km et 200 m de dénivelé.

    Le port de la Mafrague, seulement occupé en cette saison par quelques bateaux de pêche

    Avec l'exceptionnel beau temps de cette fin d'année, quelques plantes se croient au printemps et osent des fleurs bien précoces, mais nous aurons sans doute l'occasion de les revoir. Par contre pour la passerine hérissée (Thymelaea hirsuta,famille des thymélacées) c'est la saison normale de floraison. C'est une plante littorale méditerranéenne, globalement assez rare même si ce n'est pas le cas sur la presqu'île. Elle se présente sous forme de buissons ligneux de moins d'un mètre. Les feuilles sont petites, épaisses, imbriquées comme des écailles, couvertes d'un épais duvet blanc sur leur face interne. Les fleurs, petites (5mm), sont jaunes et elles sont femelles ou mâles (les plus grandes, comme celles de la photo). La reproduction de la passerine est originale : les fleurs, mâles ou femelles, sont soit portées par des individus différents soit par la même plante, mais alors elles ne fleurissent pas ensemble ... (P. Vigne, l'Herbier des plantes sauvages, p. 508, Larousse Ed.).

    Passerine hérissée

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :