• La Môle, Sainte-Magdeleine, Maravieille

    L'arrière-pays étant encore sous la menace de pluies ou d'orages, c'est à nouveau pour une balade près de la côte que nous rejoignons la Môle, sur la route de Saint-Tropez.

    Peu de voitures sur le parking de la place de l'Église à la façade rutilante, peu de monde dans le village et personne tout au long du parcours. Cette veille de week-end de Pentecôte est ici exceptionnellement calme.

    La Môle, Sainte-Magdeleine, Maravieille

    Rappel : passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

     

    Après quelques zigzags  dans les rues du village, nous trouvons la piste du Laïré qui monte en pente douce jusqu'à un col au pied du rocher où se trouve la Chapelle Sainte-Magdeleine. C'est un édifice massif d'aspect austère, bâti en basalte noir. Tout autour, des restes de murs témoignent d'un ancien village, abandonné depuis plusieurs siècles (plus sur ce site ICI ). Du sommet du rocher qu'on atteint en escaladant quelques gros blocs, la vue porte sur la vallée et le barrage de la Verne.

    La façade de l'EglisePetit plateau en montant à Ste-Magdeleine

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La ChapelleLa Chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La vallée de la VerneRuines à côté de la Chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De retour au col, on prend une piste juste au dessus de la citerne. Elle devient vite un sentier étroit mais bien tracé qui monte doucement sur le flanc du plateau de Maravieille-Haut. Au carrefour, nous prenons une piste sur la droite, puis après une centaine de mètres un sentier sur la gauche. Il est pratiquement horizontal et il traverse la partie occidentale du plateau au milieu d'une forêt de grands arbousiers, de chênes-verts et de chênes-lièges. On atteint ainsi les restes du mur d'enceinte de l'oppidum de Maravieille et on entre sur un espace dégagé, envahi de cistes et d'asphodèles. Dans sa partie Nord, des blocs de rochers offrent des endroits confortables pour le pique-nique, avec vue panoramique sur la plaine de Cogolin et le Golfe de Saint-Tropez. Je n'ai trouvé de très peu de renseignements sur cet oppidum sinon qu'il daterait (?) du Vème siècle av JC.

    La plaine de CogolinZoom sur le golfe de Saint-Tropez

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vers le Sud-Ouest, la vallée de la Môle et son aérodromeVers le Nord, Grimaud et les crêtes des Maures

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Retour sur nos pas jusqu'à la piste, que nous prenons vers la gauche. C'est rapidement un sentier qui , en pente irrégulière, nous ramène sur la piste du Laïré. Nous arrivons au village après un peu plus de 10 km et 300 m de dénivelé d'une balade  agréable et ombragée dans la forêt des Maures, avec deux jolis points de vue et deux sites intéressants.

    Zoom vers GrimaudUn beau chêne-liège sur le chemin du retour

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    En cette saison et en ce type d'endroit, on marche au milieu des fleurs blanches des cistes de Montpellier et de celles, jaunes, des calicotomes et autres genets. Deux fleurs roses, moins fréquentes, ont retenu mon attention : une orchidée, le céphalanthère rose (Cephalanthera rubra), et une amaryllidacée, l'ail rose (Allium roseum).

     

    Céphalanthère roseAil rose

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :