• La Roquebrussanne, le jas d'Emilien, les Orris

    Dominant le village de la Roquebrussanne, la Montagne de la Loube, qui culmine à 827m, est à la fois un massif calcaire au relief ruiniforme remarquable et un château d'eau entouré de plusieurs sources dont celle qui anime le magnifique site des Orris, un des buts de cette balade.

    On part du parking aménagé à l'entrée du village en venant de Méounes.

    La Roquebrussanne, le jas d'Emilien, les Orris

    Rappel : passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

     

    On commence par traverser l'Issole sur un de ces vieux ponts qui reliaient les maisons à leurs jardins, puis on parcourt les rues du village au milieu des façades colorées pour rejoindre le chemin de la Chapelle Notre-Dame.

    Les maisons sur la rive de l'IssoleDans le vieux village

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au carrefour où débute la calade qui monte à la chapelle, nous laissons à gauche le chemin des Orris (par lequel se fera le retour) pour prendre à droite le chemin des Ferrages puis, presque immédiatement à gauche le chemin du Pas Saint-Louis qui amène à la source des Ribas. L'eau s'en écoule en mince filet dans plusieurs petits bassins successifs reliés par des canaux de tuile.  On prend ensuite la piste qui monte régulièrement en direction du Nord, au milieu des pins d'Alep, des chênes verts et des buissons de romarin, de genet, de cade,....

    La source des RibasA delà du col de la Barraque, zoom sur les sommets enneigés au dessus du Verdon

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une mare à sangliersLe sommet de l'Amarron depuis le plateau (cote 550) au pied du Piberon

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On arrive ainsi au Jas d'Emilien, dont il ne reste que quelques pans de murs et pas mal de restanques. Le grand chêne vert près des ruines dépérit peu à peu, les champignons attaquent son tronc, plusieurs de ses branches sont mortes, certaines sont déjà tombées.

    Le site du jas d'Emilien.Le grand chêne vert malade

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous entamons le retour sur le bon sentier balisé en jaune qui conduit, en balcon sur le vallon de Barras, au pas de la Nible. Au passage, nous constatons que la source des Trois Fontaines, dont les alentours ont été bien nettoyés, est encore à sec.

    Au début du retourLes rochers ruiniformes sur les flancs du massif de la Loube

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une des sources des Trois FontainesDerrière le vallon de Barras, la plaine de Garéoult et au fond le Pilon Saint-Clément

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après une descente prudente sur une piste très caillouteuse on prend le sentier horizontal qui conduit au site des Orris, au pied d'une haute falaise. Nous passons tout d'abord au bassin dans lequel survivent  apparemment sans problème quelques chevesnes.

    Depuis le sentier des Orris, vue sur le Nord de la falaiseZoom sur une aiguille remarquable

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le bassin des OrrisLes poissons des Orris

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On monte ensuite vers la source proprement dite, qui sourd d'une longue fissure de la roche, puis on rejoint les ruines d'un bâtiment adossé à la falaise et qui semble avoir été bien plus confortable qu'une simple bergerie : au dessus du rez de chaussée, sans doute destiné aux animaux, il y a trois étages avec une façade crépie. En été, la source, les grands platanes actuellement dénudés, ainsi que les immenses lierres qui tapissent la falaise maintiennent une agréable fraîcheur dans ce lieu. Enfin, en dessous du bassin, on devine les restes de nombreuses restanques. Vraiment un endroit exceptionnel pour une activité agropastorale.

     

    La source des OrrisLe bâtiment adossé à la falaise

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il n'y a plus qu'à descendre dans le vallon des Orris et rejoindre le village en passant devant la source de la Vierge malheureusement défigurée par une grille hideuse, puis , cette fois, sous la tour de l'horloge. A l'arrivée, une balade de 12 km et 400m de dénivelé.

    La source de la ViergePassage sous la tour de l'Horloge

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :