• Les cigales du jardin

    Depuis l'arrivée des chaleurs d'été, les cigales sont revenues, en grand nombre cette année au point que près d'un arbre, il n'est pas rare d'être percuté par plusieurs insectes qui s'envolent à notre passage, tout cela dans un vacarme assourdissant mais bien sympathique et emblématique de la Provence.

    C'est l'occasion de regarder un peu plus en détail ces gentilles bêtes. D'abord, à qui a-t-on affaire? Il existe une bonne dizaine de variétés de cigales en France continentale, qui se différencient par la taille, la couleur, ... et le chant (tout sur les cigales ICI ). Voici les "miennes":

    Vue de dessus. On devine, entre les deux yeux , les trois ocelles rouges qui contribuent à la vue "panoramique" des cigalesVue de dessus

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vue de profilVue de profil

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Rappel : passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

     

    Grandes (4 à 5 cm "au repos"), noires avec des plages de cire poudreuse blanche, gris-beige en dessous, pas de taches à l'extrémité des nervures des ailes, il s'agit sans doute de cigales "plébéiennes", Lyristes plebeius, ce que confirme leur chant (voir  ICI   un échantillon, dû au spécialiste français des cigales, M. Boulard). Dans cette même référence, vous pourrez aussi entendre le chant des autres espèces, notamment celui, un peu lancinant, de la (aussi) très commune cigale grise ou cacan, Cicada orni ).

    Comment naissent-elles? Après les quelques semaines de leur vie aérienne, les cigales pondent des œufs sous l'écorce de tiges ou de branches. Ces œufs éclosent et donnent des larves qui tombent à terre et s'enfoncent dans le sol. A la fin de leur long (2 ans et plus) séjour souterrain, pendant lequel elles se nourrissent en suçant la sève des plantes et passent de quelques millimètres à deux ou trois centimètres, elles se transforment  en une nymphe qui, lorsque la température devient suffisante, en général à partir de la mi-Juin,  sort à l'air libre par un trou aux bords parfaitement nets.

    Le trou de sortieUne nymphe en train d'escalader un tronc

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Cette nymphe gagne de la hauteur, sur un arbre, une tige ou une feuille (ou une planche, un seau, en fait tout ce qui est à sa portée et lui permet de s'élever). Commence alors un épisode fascinant: l'enveloppe s'ouvre sur le dos et l'insecte apparaît, verdâtre et fripé. L'extraction terminée, les ailes se déploient et la cigale, encore verte (au propre comme au figuré) sèche pendant une heure ou deux, après quoi elle peut prendre son vol.

     

    Apparition de l'insecte sous une feuille d'irisEncore un effort, la sortie est presque finie

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Et maintenant, on sècheL'enveloppe vide

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les cigales sont  des insectes suceurs, qui se nourrissent en prélevant la sève des plantes grâce à un organe spécifique en forme de trompe (visible à l'extrémité des flèches bleues sur les photos de profil ci-dessus et sur les photos ventrales ci-dessous). Le prélèvement étant minime, les cigales ne sont pas considérées comme nuisibles, mais on voit clairement la conséquence de leur passage, la sève continuant de couler après leur départ. Il arrive souvent qu'on on reçoive quelques gouttes de sève qu'elles emportent dans leur fuite quand on passe près de leur arbre.

    La sève qui continue de s'écouler après le départ de la cigale

     

    Le "chant" des cigales est  produit par la vibration de plaques de cuticule actionnées par des muscles ad hoc, vibration amplifiée par la caisse de résonance que constitue l'abdomen. Les cigales mâles et femelles sont à première vue identiques, mais les mâles "chantent", et les femelles non. Le "chant" sert  aux mâles pour attirer les femelles, qui disposent d'un organe auditif qui est sensible au son produit par les mâles de la même espèce.

    Si on retourne, après les avoir identifiées par le son, une cigale mâle et une cigale femelle, on peut voir la différence des organes sexuels, du moins de ce qui en est apparent.

    Cigale mâleCigale femelle

     

     

     

     

     

     

    Même en ne cherchant pas particulièrement à violer leur intimité, on observe facilement des scènes d'accouplement, qui se fait le plus souvent "à angle aigu" (en dièdre) , les corps des deux partenaires étant à peu près parallèles. Cela dure une vingtaine de minutes. Mais la fantaisie n'est pas exclue et de temps en temps, on tombe sur une position ou une association plus exotique. ...

     

    Ménage à trois?Ménage à deux

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après fécondation, la femelle va pondre, et le cycle recommence. En fin d'été, les cigales auront disparu et les larves auront commencé leur long séjour souterrain.

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Pierre L
    Mardi 27 Juin à 11:11

    Super reportage, comme tous les autres...

    La seule chose qui leur manque, c'est l'épisode suivant...

    Amitiés.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :