• Mandelieu, Mont Saint-Martin, les Trois Termes

    A l'approche de la saison des mimosas il est tentant d'aller dans l'Estérel. Profitant du fait qu'il est plus rapide de rejoindre en voiture la partie Nord du massif (en sortant de l'autoroute aux Adrets ou à Mandelieu) que sa partie Sud (via Saint-Raphaël et la route forestière du Grattadis), nous voilà ce matin à l'entrée du site de Maure Vieil, sur la commune de Mandelieu, avec comme objectifs le Mont Saint-Martin et le col des Trois Termes.

     

    Mandelieu, Mont Saint-Martin, les Trois Termes

    Rappel : passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

     

    Notre circuit (balisé en jaune sauf dans sa partie Sud, autour du Sommet Pelet) commence sur une bonne piste bordée à gauche par un ruisseau et une forêt de mimosas à peine fleuris mais déjà très odorants et à droite par une ancienne carrière.

    Le ruisseau et les mimosasL' ancienne carrière

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous sommes dans les restes de la caldeira d'un ancien volcan effondré sur sa chambre magmatique et le relief est formé de roches porphyriques  (basaltes et essentiellement rhyolites qui prennent le plus souvent une belle couleur rouge).

    Cascadelle sur le ruisseauRochers dominant la piste

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après un peu plus d'un kilomètre, on tombe sur les restes abondamment tagués d'un édifice en béton coiffé de plusieurs coupoles et flanqué de trois croix et d'un amphithéâtre. Il s'agit d'une ancienne chapelle construite dans les années 60 dans l'esprit "new age" et en fait rapidement abandonnée.

    La Chapelle de Maure VieilLa Chapelle de Maure Vieil

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On continue sur une piste en terre en longeant le ruisseau vers le "Pont Sarrazin"  après lequel on emprunte un sentier en pente régulière et modérée qui mène à un col au pied du sommet du mont Saint-Martin

    Depuis la terrasse de la Chapelle, les objectifs du jourLe Pont Sarrazin

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Montée au milieu des roches rougesPendant la montée, la face Sud du Mont Saint-Martin

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Du col on fait un aller-retour vers le sommet où on zigzague dans la forêt pour trouver les points de vue les plus dégagés et où on a la surprise de tomber sur un édifice couvert d'une épaisse voûte en pierres, inattendu en un tel endroit. La porte ferait penser à une cabane, et le crépi lisse de l'intérieur plutôt à une citerne ?

    Sur une petite plate-forme sous le sommetLa "citerne"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De retour au col, un raidillon nous amène sur une piste qu'on prend vers le Sud pour contourner le Sommet Pelet, en abandonnant sur la droite le circuit balisé vers les Œufs de Bouc.

    On domine maintenant le Mont Saint-MartinLe Sommet Pelet

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Arrivés sur la crête, malgré une brume tenace on devine tous les principaux sommets du massif (vers l'Ouest et le Sud-Ouest les Grosses et Petites Grues, le Pic de l'Ours, le Pic du cap Roux, et vers l'Est les Suvières et le Marsaou). Par contre, impossible d'apercevoir le Mercantour. Au col des Trois Termes (point de contact de trois communes : Saint-Raphaël, Fréjus, Mandelieu), nous profitons des bancs et des tables posés sous quelques eucalyptus pour installer notre pique-nique avant d'entamer la descente par la route qui autrefois permettait d'atteindre en voiture ce col depuis la DN7.

    Descente sur le col des Trois Termes (dans le cercle bleu, la maison forestière)Au début de la descente, le Marsaou derrière un mimosa

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On quitte le bitume pour rejoindre la piste des Œufs de Bouc qui passe au dessus de la formation du même nom. Malgré la forme plus ou moins arrondie de quelques rochers, ce n'est pas à eux que se rapporte ce nom mais à des sortes de géodes de quelques cm à quelques dizaines de cm (en fait des "lithophyses", car la plupart sont, contrairement aux géodes, pleines) incluses dans les coulées de lave de l'ancien volcan. De l'extérieur, on peut avec une imagination rabelaisienne leur trouver effectivement un certain rapport avec les boucs, mais c'est une fois sciées ou ouvertes que ces lithophyses dévoilent toute leur beauté due aux formes particulières que peut prendre la silice dont elles sont constituées : quartz, agate, opale ... voir par exemple ICI .

    La face Ouest du Sommet PeletAiguilles en face du massif des Œufs de Bouc

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le massif des Œufs de BoucIntérieur d'un "œuf de bouc" (lithophyse) : agate de l'Estérel, par Vassil, domaine public via Wikimedia (2007)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un peu plus bas, on quitte la piste pour un sentier caillouteux en pente plus accentuée qui mène au bord d'une petite retenue d'eau puis sur la piste du départ bordée de mimosas. A l'arrivée, une superbe balade de 12,7 km et 500 m de dénivelé.

    Une retenue bien alimentéeFin de parcours au milieu des mimosas

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Duthu
    Vendredi 26 Janvier à 13:22

    Je n'ai plus le droit de confondre hématite et  lépidocrocite. Merci Pierre.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :