• Nyer, les gorges, le hameau d' En

    Nyer, près d'Olette, est un joli village niché au pied des montagnes au débouché de la rivière de Mantet dans la vallée de la Tet. En raison d'une nature particulièrement sauvage et rude, c'est le siège de la seule réserve naturelle régionale des Pyrénées Orientales. En amont, la rivière coule dans des gorges rapidement impénétrables, au milieu d'un impressionnant chaos de schiste. Et, sur une colline, 300m plus haut que le village, le hameau abandonné d'En abrite un trésor. Deux raisons de quitter l'espace d'une journée la fraîcheur capcinoise.

    Pour visiter les gorges, peu avant le village, nous prenons sur la gauche une route qui le contourne par le haut. A une épingle à cheveux, on la quitte pour une piste en bon état qui s'arrête au dessus des ruines du château de la Roca d'Anyer dont nous ferons la visite en fin de balade. La randonnée commence là.

    Les gorges de Nyer

    Rappel : passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

    Le village vu du départ de la balade dans les gorgesLes ruines du château de la roca d'Anyer

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le sentier emprunte les restes d'une esquisse de route qui était destinée à rallier le village de Mantet, dans la haute vallée (800 m plus haut !). Sur près de 2 km on mesure l'importance du travail qui a été effectué dans cette nature sauvage pour accrocher un passage praticable: murs de soutènement, corniches taillées dans les falaises, tunnels (3), se succèdent, très haut au dessus du lit de la rivière, lui même souvent enchâssé directement dans le rocher. La route s'arrête brusquement. Il y avait là un pont qui a été emporté par la crue centennale de l'automne 1940 due à des pluies intenses qui ont ravagé tout le Roussillon. il n'a jamais été reconstruit et le projet a été abandonné. Il faut ajouter que le sentier est constamment menacé par des chutes de rochers dues aux intempéries et que l'entretien de la route aurait probablement été aussi difficile que sa construction.

    Par endroits confortable, par endroits encombré de rochers, le chemin amène souvent à marcher près du vide et il est à déconseiller formellement à ceux ou celles qui sont sensibles au vertige. Un très court passage où la route a carrément disparu et où il ne reste qu'une étroite vire confortée par un échafaudage rustique de quelques branches au dessus d'un à-pic de plusieurs dizaines de mètres est, en l'absence de tout équipement de sécurité (main courante), particulièrement délicat: faux-pas interdit ! Et attention, la paroi est en encorbellement et il faut veiller à ne pas être poussé vers le vide par son sac, surtout si on est un peu grand...

    Ces réserves faites, le spectacle est grandiose, époustouflant. Des milliers d'arêtes de schiste, une forêt accrochée aux falaises, une rivière qui cascade dans un lit qui semble par endroits fait d'un marbre blanc et poli !

    Un "bon" passage du sentierLes gorges vues vers l'amont

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Et un très mauvais passage. Meffi, comme on dit chez nous.L'entrée du premier tunnel

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De belles piscines dans la rivièreEt là il y a eu un pont ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le retour s'effectue évidemment par le même chemin. A l'arrivée, après une courte visite aux ruines du château des barons d'Anyer, qui, selon certaines sources -pas le panneau sur place !- daterait des XI ou XII èmes siècles et qui est flanqué d'une chapelle  (ND de la Mare de Deu de la Roca), nous avons parcouru environ 4 km et monté 200 m.

    Subjugués par cet environnement, nous avons multiplié les photos. Vous les trouverez dans cette galerie.

     

    Après le pique-nique sur place, face à la vue sur le village et au loin sur le massif de la Pelade, nous reprenons la voiture pour nous garer en bas du village et attaquer le chemin d'En.

    En, le hameau abandonné

     

    Il s'élève rapidement en alternant lacets confortables et rudes raidillons.

    C'est par làOn domine Nyer

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au croisement de la piste, nous prenons celle-ci vers la gauche et après un long lacet nous arrivons  au hameau  en traversant d'anciens champs envahis par les églantiers, les ronces et les prunelliers. Une maison est restaurée,  les autres sont des ruines. Le lavoir a lui aussi été restauré, mais aucune eau n'y coule et on devine que sur ce plateau où il n'y a aucun ruisseau, l'eau a dû être un souci permanent. Dans les anciens jardins, subsistent quelques arbres domestiques: un superbe tilleul, des pruniers et pommiers retournés à l'état sauvage et couverts de fruits ... minuscules

    Les ruines de EnLe magnifique tilleul

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    En contrebas du village, sur un promontoire dégagé, avec une vue extraordinaire, voici le trésor du lieu : la chapelle romane Saint Just et Saint Pasteur, qui date du XII ème siècle.

    La chapelle  et son panoramaSaint Just et Saint Pasteur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pour le retour, nous reprenons la piste de l'aller, cette fois jusqu'au bout et arrivons à Nyer après un peu plus de 6km et 300m de dénivelé. Plus de photos ICI .

    Au total, 10 km et 500 m de dénivelé, des lieux magnifiques : un belle journée !

    A double balade, double fleur du jour : dans les gorges, l'ambiance était assez humide et nous avons trouvé ce calament clinopode (Clinopodium vulgare, famille des lamiacées).

     

    Calament clinopode

     

    Et dans les milieux arides autour du hameau, j'ai pu compléter ma collection de panicauts: après le panicaut maritime et le panicaut de Bourgat, voici le panicaut des champs (Eryngium campestre, famille des apiacées). Celui-ci n'est pas bleu et ses capitules sont bordés par 6 fines bractées.

     

    Panicaut des champs

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :