• Pas de Peyruis, la Taurelle, l'Huveaune

    Une belle journée d'automne après une période pluvieuse qui a dû alimenter les cours d'eau au pied de la Sainte-Baume : des conditions idéales pour rendre visite aux sources de l'Huveaune.

    Pour cette destination nous sommes toujours partis de Nans mais cette fois, inspiré par plusieurs billets d'Elzéard ( les cahiers du Sud ), j'ai choisi un départ du Pas de Peyruis, sur la route de Saint-Zacharie à Plan d'Aups.

    Nous partons sur la piste qui, après une courte montée dans les bois, débouche sur une vaste prairie avec en fond de décor les sommets de la sainte-Baume.

    Départ du Pas de PeyruisTout au fond, la Sainte-Baume

     

     

     

     

     

     

     

    Passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

    Un chemin sur la droite mène aux ruines de la Taurelle, ancienne propriété agricole aujourd'hui gérée par l'ONF comme toute la forêt de la Sainte-Baume. Les ruines en elles-mêmes sont banales et les rangées de mûriers et de tilleuls témoignent mieux de son riche passé. Un pavillon forestier a été édifié tout près.  

    Les ruines derrière la rangée de mûriersLes mûriers

     

     

     

     

     

     

     

     

    Derrière ce beau chêne, une double rangée de tilleulsLe pavillon forestier

     

     

     

     

     

     

     

    Nous quittons la Taurelle vers le Sud en descendant dans une clairière où nous trouvons un sentier en balcon qui serpente au milieu d'un bois clair sur le flanc de la colline.

    Vers le Nord, l'extrémité de la chaîne du Mont Aurélien (le mont Olympe ?)Sur le sentier en balcon

     

     

     

     

     

     

     

    Un lacet nous amène sur la piste tout près du pont sur l'Huveaune, mais nous restons en rive gauche sur un sentier qui longe les berges dans un sous-bois dense et humide. Comme espéré, il y a de l'eau et elle est claire.

    Premières cascades sur l'HuveauneEn remontant la rivière

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous nous séparons du cours de la rivière (qui en fait est un fleuve) le temps d'une courte montée et le retrouvons au niveau des plus belles vasques. Sans doute à cause de l'invasion dont le site a été victime au printemps 2019 il est désormais interdit de s'approcher des berges et à plus forte raison de pénétrer dans l'eau. Des fils de fer et de nombreuses pancartes sont censées faire connaître et appliquer ces restrictions. C'est dommage d'en arriver là mais le travertin qui constitue ces vasques est fragile et le processus biogéochimique qui préside à sa création l'est tout autant. Il faut absolument les protéger, en espérant d'ailleurs que ces mesures seront suffisantes. L'eau a beau être claire, on ne retrouve pas la belle couleur turquoise qui fait la célébrité du lieu : question d'éclairage (le soleil est très bas), de saison (les bactéries seraient au repos ?), de débit,  ou - je surréagis peut-être - indice d'un début de dégradation du milieu ???

    Les vasques de l'HuveauneLes vasques de l'Huveaune

     

     

     

     

     

     

     

    Arrivés au niveau de la source principale nous passons en rive droite (le gué sur le cours qui vient de l'amont est praticable et ensuite une passerelle surplombe le flot plus important qui s'écoule de la source). Au bout de la descente nous rejoignons le GR 9 près duquel, dans une clairière ensoleillée, nous faisons la pause pique-nique.

    Autre vue sur les vasquesLe gué pour passer en rive droite

     

     

     

     

     

     

     

    Nous repartons sur le GR que nous quittons juste avant le pont sur l'Huveaune pour un sentier confortable qui reste en rive droite.

    Descente vers le pont sur l'HuveauneL'Huveaune en amont du pont

     

     

     

     

     

     

     

     

    Sur le sentier en rive droite. Au fond, les sommets de ChambeyronDerrière nous, la Sainte Baume

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au bout du chemin il nous faut enfin traverser l'Huveaune. La passerelle est en très mauvais état et semble dangereuse. Une dizaine de mètres en amont, un gué "sauvage" est praticable et c'est lui que nous empruntons. En fait il existe en aval, sur la piste, un gué sur un radier en béton mais, vérification faite, une bonne dizaine de cm d'eau ne l'auraient pas rendu plus confortable que celui que nous avons pris.

    La passerelle et son extrémité endommagéeLe gué où nous avons traversé

     

     

     

     

     

     

     

    Nous suivons la piste un bref moment puis nous allons longer le ruisseau qui vient de la Taurelle pour trouver un premier bassin retenu par un petit barrage. Plus en amont un autre barrage retient un étang plus important. Quelques miettes de pain conservées depuis le PN font monter devant nous un ballet de poissons rouges de toutes tailles.

    Premier bassinDeuxième étang

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le ballet des poissons rougesReflets

     

     

     

     

     

     

     

    En continuant de remonter le ruisseau nous arrivons à un troisième bassin, presque complètement recouvert de plantes aquatiques.

    Le dernier bassinLe dernier bassin

     

     

     

     

     

     

     

    De retour sur la piste, peu avant de retrouver le chemin pris le matin, nous partons sur la droite pour contourner la colline qui nous sépare du pas de Peyruis. En fait, il y a de multiples traces et il nous faut plusieurs consultations du GPS pour rejoindre le bon sentier. En passant au col, nous sommes suffisamment montés pour avoir, derrière nous, une dernière et superbe vue sur la Sainte-Baume.

    La vue depuis le col

    A l'arrivée, environ 9 km et 150m de dénivelé pour cette balade qui a tenu toutes ses promesses, aussi bien pour les couleurs d'automne en forêt que pour la beauté de l'Huveaune. Pas de fleurs mais une variété d'érable qui s'ajoute à celles (érable de Montpellier et érable à feuilles d'obier) que nous avons rencontrés lors de notre dernière balade au pied de la Sainte-Baume ( ICI ) : l'érable champêtre.

    Erable champêtre

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Jeudi 18 Novembre 2021 à 18:59

    Superbe cette rando que vous avez faite (conseillés pas l'ami Jean-Luc, un sacré randonneur !!!). Tes photos sont magnifiques et donnent envie de vous suivre ! Bisous.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :