• Plan d'Aups, le Grand Védi

    L'Huveaune et le Caramy sont les plus connus des cours d'eau qui s'écoulent sur la face Nord du massif de la Sainte Baume. Mais il y en a bien d'autres et aujourd'hui nous partons à la découverte du Grand Védi, affluent du ruisseau de Peyruis qui lui même se jette dans l'Huveaune.

    Le départ se fait de l'esplanade qui domine le village de Plan d'Aups, au bout de l'allée de Saint-Jaume, entre l'ancienne école et l'Eglise Saint-Jacques le Majeur.

    Plan d'Aups, le Grand Védi

    Rappel : passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

     

    Une piste descend vers le Nord et rapidement on la quitte sur la gauche pour un étroit sentier qui s'enfonce dans le vallon, profond et très boisé, dans lequel coule un petit ruisseau, bien alimenté après les pluies récentes.

    Sur la piste, peu après le départ. Au fond, la Tour CauvinDans le vallon beaucoup d'arbres sont couverts de lichens gris.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une descente très pentue nous amène en bas d'un ressaut d'une dizaine de mètres sous lequel se trouve la Grotte des Oiseaux ou Grotte du Védi. C'est une belle cavité peu profonde, très humide. L'eau du  ruisseau qui cascade depuis son toit fait un voile étroit devant sa grande ouverture.

    Arrivée à la Grotte du Védi (en jaune la suite du sentier)Le fond de la Grotte

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La cascadeSortie de la Grotte

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On continue à suivre le ruisseau, tantôt sur une rive, tantôt sur l'autre, jusqu'à son confluent avec celui qui descend de la source du Pied de Bœuf. C'est à partir de là qu'il semble que le cours d'eau prenne le nom de "Grand Védi". Une vague trace remonte vers la source mais elle est si encombrée que nous renonçons, d'autant qu'il ne serait pas non plus confortable de marcher dans le lit où il y a pas mal d'eau.

    Quelques cascadelles en aval de la GrotteLe vallon est étroit et le sentier passe souvent tout au bord de l'eau.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Juste après un énième gué, nous sommes "aspirés" par une trace bien nette qui monte en rive gauche, en pensant qu'elle contourne un obstacle rocheux avant de nous ramener vers le fond du vallon. Et bien non, elle continue à s'élever et comme c'est de toute façon notre objectif que de remonter vers l'Adret, nous décidons de continuer. Peu à peu, malgré quelques cairns erratiques, la trace disparait et nous zigzaguons sans trop de difficultés au milieu de taillis clairsemés et d'anciennes restanques jusqu'au sommet de la colline (le GPS a été bien utile). Sans rencontrer de panneau d'interdiction nous finissons par arriver sur un chemin privé puis sur la route qui mène à l'Adret. La suite nous montrera qu'il aurait fallu rester près du -et peut-être un moment dans le- lit du ruisseau pour ensuite prendre, comme c'était prévu, la large piste soulignée en pointillés sur la carte qui, elle, ne semble poser aucun problème.

    La balade continue par la traversée d'un bosquet de cèdres, puis par un long parcours en balcon sur le flanc Sud de la Montage de la Lare, d'où les vues sur la Sainte-Baume sont superbes. Après un pique-nique ensoleillé près de la citerne au-dessus du vallon des Enfers, la descente à travers la forêt rejoint le Grand Védi à la cote 530. C'est près de ce carrefour que nous trouvons tout au bord du ruisseau la fin du sentier que nous aurions dû prendre à l'aller.

    La Sainte Baume depuis la LareLe Grand Védi près du carrefour

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On termine par une longue montée régulière vers l'esplanade de départ, avec une pause sur un petit éperon pour contempler tous les panoramas qui nous sont offerts: montagnes du Verdon , Mont Aurélien, Sainte-Baume, ...

    Vers le Nord et le massif du Mont AurélienVers le Nord-Est, zoom sur les sommets du Verdon et du Montdenier

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vers le Sud-Est. Au second plan, l'espace Trouin-Le CorbusierVers le Sud, l'Esplanade du départ avec l'Eglise Saint-Jacques à gauche et l'ancienne école à droite

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A l'arrivée, une balade variée de 10,6 km et un peu plus de 400 m de dénivelé.

    Peu de fleurs, mais dans l'ombre du vallon beaucoup d'hellébores fétides (Helleborus fœtidus, famille des renonculacées) et sur le sommet où nous n'aurions pas dû aller, de belles stations de gagées (sans doute des gagées des champs -voir la pilosité des tiges florales- Gagea villosa, famille des liliacées).

    Hellébore fétideGagée des champs

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Duthu
    Vendredi 16 Mars à 17:23

    Pour 120 mètres de plus, le sentier de la crête de la Lare doit offrir de très belles vues.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :