• Plan d'Aups, Tour Cauvin, Plan des Vaches

    Une dizaine de jours après notre retour dans le Var nous allons profiter de ce que les massifs forestiers sont enfin accessibles pour ne pas rompre brutalement avec les balades montagnardes. Pour cela, la Sainte-Baume s'impose.

    Nous partons du parking de la Brasque, à Plan d'Aups, facile à joindre depuis Toulon par l'autoroute (Aubagne puis Auriol) et une très belle montée vers la Coutronne.

    Plan d'Aups, Tour Cauvin, Plan des Vaches

    Rappel : passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

     

    On commence par un parcours un peu compliqué  (balisé en vert) pour rejoindre, via le jas ruiné de la Toulonette et un morceau de la route d'Auriol, le Vallon du Cros que nous remontons par une piste ombragée et en pente douce jusqu'à la source du Cros, dans laquelle subsiste un mince filet d'eau (peut-être aidé par l'effet de la pluie qui est tombée il y a une dizaine de jours...).

    Le jas de la ToulonetteDepuis le pré de la Toulonette, le Col de Bertagne, entre le pic éponyme (à gauche) et le Pic des Corbeaux

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au niveau de la source, un étroit sentier monte vers l'Ouest pour rejoindre le pied des falaises qu'il suit en balcon en direction de la "tour Cauvin". Le nom de ce piton a sans doute à voir avec son caractère dénudé (le "mont chauve"), mais il se trouve que le propriétaire (de 1854 à 1867) de la mine de lignite de la Brasque (celui qui a fait construire le "chemin de fer" qui transportait ce minerai vers Saint-Pons via le col de Bertagne) s'appelait Henri Chauwin. Coïncidence?

    La source du CrosAu bout du sentier, la Tour Cauvin

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La végétation semble avoir déjà pris ses couleurs d'automne mais ce n'est qu'en partie vrai. A y regarder de plus près les feuilles des érables de Montpellier (c'est essentiellement d'eux qu'il s'agit) sont plus desséchées par un été très sec que fanées par une saison précoce. En tous cas, pour l'instant, c'est plutôt beau, mais il nous faut espérer que tous ces arbres repartiront bien au printemps prochain.

    Vers le Sud, le Pic de BertagneVers l'Est, la crête de la Sainte-Baume et son point culminant, le signal des Béguines

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après quelques hésitations, nous trouvons le sentier qui monte sur la branche Nord du Plan des Vaches (le mal nommé, la traduction phonétique du provençal réservant souvent des surprises:  il faudrait dire le Plan des Mascos, c'est à dire des sorcières. Voir  ICI  l'explication de ce nom plus aguichant que toute référence bovine)

    Au fond à droite, derrière le Garlaban, Marseille et la merZoom sur Marseille

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Attirés par la vue vers l'Ouest  (Aubagne, le Garlaban, Marseille, la Côte Bleue...) nous quittons le sentier, ce qui nous oblige un peu plus tard à traverser un bosquet plutôt dense de chênes verts en très bon état avant de rejoindre les falaises du Sud du Plan des V.... sur lesquelles nous trouvons un coin de pique-nique face à l'immense vue sur la Méditerranée. Nous poursuivons le sentier jusqu'au sommet, à plus de 900m, où le panorama est bien sûr exceptionnel.

    Les lacets du Col de l'Espigoulier. Tout au fond, la mer (à gauche, les Embiez et l'extrémité du massif du cap Sicié )Les dents de Roqueforcade, devant les massifs des Calanques, Aubagne, Marseille et la Côte Bleue

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il n'y a plus qu'à retourner vers le Col de Bertagne en profitant cette fois de belles vues vers l'Est.

    Le Pic de BertagneLa montagne de la Sainte-Baume

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après une visite au célèbre monument des excursionnistes marseillais, en forme de pagode, nous prenons la route goudronnée sur une centaine de mètres, puis, sur la gauche, un sentier confortable à travers bois qui rejoint plus bas le sentier - plus caillouteux - du chemin de fer.

    Les dents de Roqueforcade vues du voisinage du col de BertagneLe monument des Excursionnistes Marseillais

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Avant le croisement, nous faisons un détour sur la droite vers la source des "Lavandiers" (c'est plus probable que  des "lavandières", dont on voit mal ce qu'elles seraient venues faire si loin du village, à un endroit où il n'est par contre pas impossible que des cueilleurs de lavande sauvage passaient pour se rafraîchir). Après quelques dizaines de mètres, nous trouvons effectivement des flaques dans un couloir en terre  qui se termine dans un cul-de-sac où suinte un peu d'humidité. Rien de spectaculaire.

    A l'arrivée, un peu moins de 11 km et autour de 300 m de dénivelé pour ce concentré de superbes panoramas.

    Elle est minuscule, n' a pratiquement pas de feuilles, mais dix jours après une averse, ses fleurs violettes égayent déjà la garrigue brûlée. La scille d'automne (Prospero autumnale, famille des asparagacées) est notre fleur du jour.

    Scille d'automne

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :