• Sainte-Victoire, le pic des Mouches

    Nous partons vers le point culminant de la chaîne de la Sainte-Victoire, le pic des Mouches. Cette balade, pour nous inédite,  est en fait très classique et il existe un sentier balisé (le sentier "rouge") qui part du Col des Portes, entre Pourrières et Vauvenargues.

    Le stationnement au col étant déconseillé (les places y sont d'ailleurs en nombre très limité) nous nous arrêtons au parking du puits d'Auzon, environ 800m plus bas.

    Un bon sentier parallèle à la route nous amène au départ de l'itinéraire balisé. On s'élève d'abord doucement en découvrant progressivement la vallée de Vauvenargues et, au Nord, les crêtes de la Citadelle où se trouvent les restes d'un oppidum et d'une chapelle auxquels nous avons rendu visite il y a bien longtemps. A cette altitude et à cette exposition (Nord) les bords du sentier sont éclairés par les nombreuses taches jaunes des narcisses d'Asso dont nous n'avions vu que quelques pauvres spécimens la semaine dernière en allant au lac de Bimont.

    Les crêtes de la CitadelleVers l'aval de la vallée de Vauvenargues

     

     

     

     

     

     

     Passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

    Après un court passage en corniche la pente s'accentue et la montée, sans vrais paliers, est soutenue. Vers 900 m d'altitude le sentier devient meilleur, la pente s'adoucit et la végétation se raréfie. Dans cet ambiance minérale, ce sont maintenant les bouquets blancs des ibéris des rochers (Iberis saxatile, famille des brassicacées) qui nous accompagnent.

    Court passage en cornichePassage typique au cours de la montée

     

     

     

     

     

     

     

     

    Tout au fond, les sommets varoisLe bon sentier pour terminer la montée

     

     

     

     

     

     

     

     

    Narcisse d'AssoIbéris des rochers

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un gros rocher rond marque l'arrivée sur la crête et les premières vues vers le Sud. Le sommet est tout proche. Le pic des Mouches ne doit qu'à un seul petit mètre (1011 contre 1010 pour son voisin le Bau des Vespres ) d'être le point culminant de la chaîne. Une table d'orientation aide à repérer dans ce panorama grandiose les nombreux sommets qui se découpent du littoral jusqu'aux Alpes enneigées. L'air est clair mais pas totalement transparent et, si à l'œil nu il est facile de distinguer le Ventoux et le Mourre de Chanier, respectivement à 75 et 65 km, c'est hélas difficile sur les photos.

    Arrivée sur la crêtePremière vue vers le Sud

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vers le NordVers l'Ouest, le Bau des Vespres et la suite de l'arête

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vers le SSO

     

    La table d'orientationVue sur la vallée du Délubre et Vauvenargues

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après une pause pique-nique sur une terrasse herbue décorée par les fleurs jaunes des potentilles, nous entamons la descente en suivant le GR9 vers Puyloubier. Nous faisons une première halte au Garagaï de Cagoloup, un aven profond largement ouvert.

    Le garagaï de CagoloupLe garagaï de Cagoloup

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le sentier suit la crête en face Nord jusqu'au carrefour de l'oratoire de Malivert.

    Un peu plus bas, au Nord, la fin du sentier de montéeUn des nombreux passages en sous-bois

     

     

     

     

     

     

     

     

    Arrivée à l'oratoire de MalivertL'oratoire vu de face

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous quittons là le GR pour une piste en pente douce puis un sentier qui en coupe un long lacet. La progression en sous-bois est facile, la pente est modérée et finalement nous débouchons dans un "champ" désolé par la sécheresse tout près du puits d'Auzon.  Environ 8 km et moins de 500 m de dénivelé pour de tels panoramas : un vrai cadeau !

    Le "champ" près de l'arrivéeNon, cet arbre n'a pas encore de feuilles. Il sert de support à un immense lierre

     

     

     

     

     

     

     

    Sur toute la crête, herbes et rochers étaient couverts de touffes de potentilles.  Il s'agit probablement  de la potentille cendrée (Potentilla cinerea, famille des rosacées), mais il existe plusieurs candidates voisines et déterminer précisément l'espèce est affaire de spécialistes ...

    Potentille

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Samedi 3 Avril à 08:45

    Je me souviens avoir fait une belle rando du côté de la Sainte Victoire, mais il y a un paquet d'années ... Nous nous étions vraiment régalés, avec de somptueux paysages ! Bises.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :