• Siou Blanc, l'éléphant de pierre

    Aujourd'hui, je vais essayer d'accompagner sur une partie de son parcours le groupe avec lequel je randonne d'habitude le Lundi et que j'ai déserté par la force des choses depuis ...  trois mois et demi !

    Ça tombe bien, ils vont sur le plateau de Siou Blanc et passeront à l'éléphant de pierre après un parcours un peu accidenté que Michel et moi allons pouvoir shunter en allant directement au col du Turben.

    Siou Blanc, l'éléphant de pierre

    De la bergerie de Siou Blanc, nous rejoignons la route que nous longeons un moment pour trouver sur notre gauche le sentier balisé en rouge du circuit du CG83. Le sentier s'étire presque horizontalement dans un environnement dense de rochers, de chênes kermès, de romarins et de cades, avec de temps en temps des lapiaz dénudés et des vues lointaines sur la Sainte Baume.

    Un lapiazAu loin, la Sainte Baume

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Arrivés au carrefour, nous nous engageons sur la piste qui descend vers le Puits Neuf et la ferme de la Barralière, puis prenons rapidement un étroit sentier sur la gauche pour essayer de rejoindre les sommets du Castellas. Malheureusement, notre sentier, ainsi que toutes les adventices que nous avons rencontrées se sont révélés des culs de sac. Il doit falloir passer par le Turben pour atteindre ces crêtes.  Nous retournons donc au croisement (cote 629) puis montons jusqu'au col du Turben où nous pique-niquons près d'une retenue d'eau en attendant le groupe qui doit venir du Sud.

    Près de l'APN

    La jonction effectuée, nous laissons le groupe à son repas et prenons un peu d'avance jusqu'à l'éléphant de pierre, d'où nous retournons tous ensemble à Siou Blanc. Pour notre part, nous avons parcouru 9,8 km pour 250 m de dénivelé.

    L'éléphant de pierreL'éléphant de pierre (version arrosée)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pratiquement aucune fleur sur le parcours : trop tard pour les crocus, quelques rares violettes, bien sûr du romarin. il faut se rabattre sur les quelques euphorbes characias (Euphorbia characias, famille des euphorbiacées) pour trouver la fleur du jour.

    Euphorbe characias

     

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    DANGEARD
    Mardi 15 Mars 2016 à 13:26

    Le rose est- il  l'effet de boissons mal identifiées? Ou d'une fleure psychédélique?

    C'est vrai qu'il vaut mieux voir la vie en rose.

      • Mardi 15 Mars 2016 à 13:47

        Ce n'est pas avec ton calva (du lothentique) que cela aurait pu arriver ...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :