• Sur les hauteurs de Puyvalador

    C'est une balade inspirée de celle que nous avons faite en raquettes cet hiver ( ICI ).  Le départ se fait toujours de la station de ski désaffectée de Puyvalador, vers 1700 m d'altitude. Malgré la présence d'un immeuble et de quelques chalets, il n'y a personne en ce tout début de vacances.

     

    Sur les hauteurs de Puyvalador

    Passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

    Il se peut que vous ayez à "rafraîchir" la page pour voir les images en taille réelle

     

    Nous prenons la piste qui se dirige vers le Nord-Est et nous la poursuivons jusqu'à son extrémité puis nous rejoignons à travers la forêt la trace balisée qui monte au lac artificiel qui alimentait les canons à neige. Dès qu'on quitte le couvert des arbres on marche entre les rhododendrons fleuris.

    La vallée de RieutordLe sentier dans la forêt

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au sortir de la forêt, on marche au milieu des rhododendrons fleurisSur les hauteurs de Puyvalador

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous poursuivons la montée vers le refuge pastoral de Rieutord et continuons jusqu'à la Serrat dels Esclots. La crête étant encombrée de nombreux arbres tombés, nous rebroussons chemin pour retrouver la piste qui conduit à l'arrivée de l'ancien télésiège, au pied du Pic de Ginèvre. De là, la vue est évidemment très belle.

    Le rocher où se trouve le refugeVue depuis le refuge. Au fond, le chaîne frontière

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pendant la montée, vue vers le Capcir. Au fond, le CanigouPrès de l'arrivée du téléiège. Au fond, le Pla de Bernat et la Serrat de Llisse Cremada. Le Pic de Ginèvre est sur la droite

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Depuis ce point culminant de la balade nous retournons, via les anciennes pistes de ski, au refuge pastoral pour le pique-nique, puis nous continuons la descente jusqu'au parking. A l'arrivée, environ 10 km et 450 m de dénivelé.

    Zoom sur le pic PéricTraversée d'un ruisselet

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Toujours des rhododendronsArrivée au refuge pour le pique-nique

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pendant la descenteOn approche de la station

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les prairies d'altitude sont parsemées de fleurs roses (orchidées, pédiculaires, trèfle, réglisse, ..) mais j'ai choisi de présenter ces silènes des rochers (Silene rupestris, famille des caryophyllacées) dont les petites (à peine plus d'un centimètre) fleurs blanches paraissent bien délicates pour ces altitudes.

    Silène des rochers

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Lundi 8 Juillet à 17:01

    Une éternité que je ne suis pas allée du côté de Puyvalador (7 ou 8 ans peut être), et pourtant à une époque, nous allions randonner là-bas. Et même gamine j'allais en colo à Puyvalador, une colonie de vacances des plus rustiques qui ne seraient vraiment pas homologuées de nos jours, mais nous, nous étions "rustiques" ! Morte de rire Je me souviens qu'une fois le cuistot le la colo nous avaient dit d'aller attraper des grenouilles qui feraient le repas du lendemain, vrai de vrai. Mais les cuisses des bestioles étaient délicieuses ! Allez bonne journée et merci pour ce beau billet.

      • Lundi 8 Juillet à 17:55

        Des grenouilles, on n'en voit plus guère., hélas.  Aujourd'hui, le repas risquerait d'être bien maigre ...

        Amitiés

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :