• Tubéraires, Fumanas, Hélianthèmes

    L'an dernier, à peu près à la même époque, j'avais présenté les cistes que l'on peut rencontrer dans le Var ( ICI ). Aujourd'hui, alors qu'on entre dans la période de leur pleine floraison, voici les autres membres de la famille des cistacées.

    C'est une famille peu nombreuse et homogène dont les fleurs, quelle que soit leur taille (de 1 cm pour certains fumanas  à 8 cm pour les cistes lédons), sont morphologiquement très voisines avec leurs 5 pétales en forme de trapèzes à base plus ou moins arrondie et leurs nombreuses étamines. Des critères simples permettent  de distinguer les trois genres : tubéraires, fumanas et hélianthèmes.

         Les tubéraires ont des feuilles basales ovales, légèrement velues, présentant trois nervures longitudinales marquées. Il en existe deux variétés bien différenciées.

    La tubéraire ligneuse (Tuberaria lignosa) est une plante vivace, dont les feuilles font de 3 à 8 cm de long. Les rameaux portant les fleurs portent également quelques feuilles de petite taille. Les fleurs sont grandes (2-4 cm), jaune soufre. Cette espèce est très répandue dans l'Est varois, sur les terrains siliceux (plaine des Maures, massif du Rouet, ...).

    Tubéraire ligneuse (feuilles)Tubéraire ligneuse (fleurs)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Rappel : cliquer sur les images pour les agrandir

    La tubéraire à gouttes (Tuberaria guttata) est une petite plante annuelle au port dressé. Les fleurs, qui ne dépassent pas 2 cm, sont le plus souvent maculées de pourpre à la base des pétales (comme, dans une autre dimension, les cistes lédons). Elle est très fréquente sur les pelouses rases en milieu siliceux (par exemple dans la plaine des Maures).

    Tubéraire à gouttesTubéraire à gouttes

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

         Les fumanas ont pour spécificité de porter une proportion significative d'étamines stériles, c'est à dire dépourvues d'anthères : les anthères sont les organes placés à l'extrémité des étamines et qui contiennent le pollen. Les étamines stériles se présentent donc comme des filaments sans renflement à l'extrémité. Étant donnée la taille des fleurs (de 1 à 2 cm de diamètre), ce caractère n'est pas toujours facile à constater, mais il a le mérite d'être clair. Les feuilles des fumanas sont petites (moins de 1,5 cm), étroites (1,5 mm), ressemblant à celles des bruyères.

    La distinction entre les différentes espèces est compliquée, la différence se faisant sur les détails des feuilles, alternes ou opposées, avec ou sans stipules (petits appendices à la base des feuilles), glabres ou pubescentes, détails dont l'étude sur le terrain nécessiterait plus de temps qu'on en prend généralement pour une photo....

    L'exemple ci-dessous, photographié sur terrain calcaire, a des feuilles alternes, stipulées et glauques. Il s'agit très  probablement du Fumana à feuilles étroites (Fumana laevipes).

    Fumana à feuilles étroites (en médaillon, zoom sur les étamines stériles)

     

         Restent les hélianthèmes. Il en existe des variétés annuelles, herbacées, et des variétés vivaces, dotées de rameaux ligneux. Les feuilles sont petites, linéaires ou ovales. Voici quelques variétés rencontrées dans nos balades.

    L'hélianthème des Apennins (Helianthemum apenninum) a pour particularité d'avoir des fleurs blanches. Elles mesurent plus de 2 cm de diamètre et sont souvent tachées de jaune près du centre. Les feuilles sont ovales, enroulées sur le bords, légèrement velues. On le trouve sur toutes les garrigues.

     

    Hélianthème des Apennins

     

    L'hélianthème hérissé (Helianthemum hirtum) ressemble au précédent, mais il a des fleurs jaunes de 2 à 3 cm de diamètre. Plusieurs espèces sont très voisines et la confusion n'est pas impossible...

    Hélianthème hérissé (?)

     

    L'hélianthème à feuilles de lavande (Helianthemum syriacum) est une belle espèce qui pousse sur les rochers littoraux, par exemple dans les Calanques. Les feuilles sont argentées, aux bords très enroulés. Les inflorescences sont denses, les fleurs  jaune vif.

    Hélianthème à feuilles de lavande

     

    Quelques hélianthèmes sont susceptibles d'avoir des fleurs roses, notamment l'hélianthème à feuilles arrondies (H. nummularium) que certains appellent appellent dans ce cas "hélianthème des Pyrénées" (H. pyrenaicum) . Cette fleur d'hélianthème rose photographiée près de San Urbez, au débouché du canyon d'Anisclo pourrait ressortir de cette espèce.

    Hélianthème des Pyrénées

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    DANGEARD
    Jeudi 27 Avril 2017 à 09:06

    Juste avant de partir pour les Calanques, je vais pouvoir m'exercer. Mais pas certain que je mémorise bien.

    2
    JB
    Jeudi 27 Avril 2017 à 11:10

    Maître, bravo et merci. Il en restera peut-être quelque chose.

    3
    charlier
    Jeudi 27 Avril 2017 à 13:25

     

    bravo! pourrais-tu donner plus de détails sur les feuilles basales des hélianthèmes pour les distinguer des tubéraires?

      • Jeudi 27 Avril 2017 à 14:36

        Les feuilles basales des tubéraires sont grandes et elles ont trois nervures bien marquées.  Il y a peu de feuilles sur les tiges et elles sont beaucoup plus petites. Les hélianthèmes vivaces sont des sous arbrisseaux à base ligneuse, les feuilles le long des tiges  sont plus petites, avec une seule nervure.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :