• Vallée d'Anisclo : le Pic de Mondoto

    Pour notre première visite à la vallée d'Anisclo, nous avions choisi le parcours a priori le plus commode, partant de Nerin, petit village facilement accessible en voiture. De plus le pic de Mondoto, malgré son altitude modeste (1962 m), est réputé comme le plus beau belvédère sur le canyon d'Anisclo dont il domine le fond de près de 1000 m.

     Garés à la sortie du village, nous gagnons par la route des crêtes (fermée à la circulation particulière pendant la saison touristique) l'ermitage de Santa Maria et, peu après le sentier s'engage sur la droite et monte régulièrement dans un maquis bas de pins, de buis et de "erizones", les bien nommés.

    Vallée d'Anisclo : le Pic de Mondoto

    Rappel : cliquer sur les images pour les agrandir

     

    La vue matinale sur le fond de la vallée, barré par la Pena Montanesa et encombré de brouillard, est superbe.

    On vient de quitter NerinLa Pena Montanesa émergeant des nuages

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un peu plus haut, on voit apparaître la pointe du Sestrale Bajo, et, arrivés au Plano de la Balsa, col très évasé entre le Mondoto et le Pic de la Estiba, on découvre au Nord le col d'Anisclo, barré par les nuages (derrière ce col, c'est la vallée de Pineta, voir ICI )

    La pointe du Sestrale BajoLe col dd'Anisclo

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    En traversant des champs de pierres parsemés de quelques abris de berger, on arrive au sommet d'où la vue est effectivement époustouflante.

    Un abri bien rustique (et très bas ....)On découvre le canyon (au fond, les Tres Marias, à droite du col d'Anisclo)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On passe un long moment sur cette crête, avant de descendre sur le plateau pour contourner le sommet de la Estiba, après un pique-nique sur les terrasses dominant le canyon..

    Le sommet du Pic de MondotoEn contemplation au bord du canyon

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La rive droite du canyonEn face, le Sestrale Bajo

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un bel endroit pour le pique-niqueLe sommet du Mondoto, qu'on vient de quitter

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un long cheminement sur le plateau parsemé de nombreuses tiges desséchées d'iris des Pyrénées (qui fleurissent en Juillet) nous amène au refuge du Cuello Arenas, après avoir découvert, au Nord, le ravin de Pardina (affluent du canyon d'Anisclo, orienté Ouest-Est). On rejoint ensuite la route, dont on coupe plusieurs lacets par de jolis sentiers qui nous ramènent au départ après une balade d'une douzaine de km et de quelques 800 m de dénivelé.

    L'entrée du ravin de PardinaSur le plateau. Au second plan, l'entaille à peine visible du ravin de Pardina, pourtant profond à cet endroit de plus de 200 m

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le "refuge" deCuello ArenasAu cours de la descente, on retrouve au fond, avec un autre éclairage, la Pena Montanesa

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Niché dans une faille un peu humide, nous avons trouvé ce petit érodium glanduleux (Erodium glandulosum, famille des géraniacées) avec ses deux pétales maculés caractéristiques.

    Erodium glanduleux

     

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Pierre L
    Samedi 22 Avril à 11:57

    Merci pour ces superbes reportages pyrénéens (et les autres), aquellos mountagnos....

    Amitiés,

    2
    DANGEARD
    Samedi 22 Avril à 17:07

    Cela fait rêver. 

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :