• Le Carlit

    Une balade d'avant

    Retour quelques années en arrière dans les Pyrénées catalanes. Quatre jours après les Peric, le Carlit, le plus haut sommet de la région (2921 m), était le but de notre randonnée.

    Départ de bonne heure au bord du lac des Bouillouses devant l'hôtel des Bones Hores.

    Le Carlit

    Passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir 

    Il faut environ 3h à un randonneur moyen pour gravir les plus de 900 m de dénivelé qui séparent du sommet. Pendant la première heure on suit, sans trop flâner, le trajet de notre "ronde des étangs du Carlit" ( ICI ) : après une montée dans de gros cailloux malcommodes on zigzague entre les lacs puis on traverse une longue moraine pour arriver à l'étang de Balleuil (Vallell). On remonte ensuite un vallon pour arriver sur la croupe qui domine le lac de Soubiran (Sobirans). Là on quitte la végétation pour un univers entièrement minéral. Au bout de la deuxième heure on arrive vers 2600 m au bord d'un petit lac encombré voire couvert de glace en début de saison mais complètement libre en cette fin d'été .

     Près du petit lac, coup d'œil en arrière sur les lacs. On voit nettement le chemin de montée dans les caillouxLe petit lac au pied du sommet. Il nous reste environ 300 m à monter.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les affaires sérieuses commencent : il reste 300m à monter en moins d'un kilomètre: c'est pentu, d'abord sur une croupe où grimpe un sentier, puis en traversée sur les rochers où il n'est pas inutile de mettre les mains.

     Au milieu des rochersSur le sentier avant la traversée sur les rochers

     

     

     

     

     

     

     

     

    On arrive dans la grande coulée qui vient du col séparant les deux sommets. Elle a été très dégradée par le piétinement des randonneurs et il vaut mieux la traverser avec précaution pour finir de monter sur les rochers plus stables de son bord Nord. Le sommet Sud est le plus haut (de quelques mètres) et le plus fréquenté, il y a déjà une bonne quinzaine de personnes. Mais l'ambiance ce jour-là était sympathique et n'a pas perturbé la contemplation du panorama.

    Vers l'Ouest le paysage est dominé par l'étendue de l'étang du Lanoux, imposant lac de barrage. La vue porte du Sud-Ouest au Nord-Ouest jusqu'à la Serra de Cadi , les premiers 3000, Pique d'Estats et Montcalm, et le Saint-Barthélemy et sa mine de talc.

    La croix au sommet, devant l'étang de LanouxA nos pieds l'étang de Lanoux

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vers le Sud-Ouest et la CerdagneVers le Nord-Ouest on devine la mine de talc de Luzenac sur les flancs du Saint-Barthélemy.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vers l'Est on domine les lacs et la vue s'étend des Peric au Canigou.

    Des lacs au CanigouAu Nord-Est, les Peric

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Sur le chemin du retour nous sommes partis sur la gauche pour longer cette fois le chapelet des lacs du vallon Nord : Soubiran, Trebens, Casteilla, Dougnes.

    Nous arrivons aux lacsLe lac de Soubiran

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Regard vers l'arrière. On devine à quel point le sentier de montée est fréquenté.Au bord de l'étang de Trebens (avec la petite cabane près de son extrémité aval)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le petit étang d'En GombauPrès de l'étang des Dougnes

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Puis nous avons continué en longeant plus bas l'étang del Viver, dont la surface est colorée par des plantes aquatiques en tenue d'automne.

    Au bord de l'étangL'étang del Viver. Les pistes sont celles de la station de Font-Romeu

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il ne reste plus qu'à rejoindre les Bones Hores après une superbe randonnée de 13 km et plus de 900 m de dénivelé.

    Je ne résiste pas à l'envie de montrer une image prise elle en début Juillet l'année suivante: le paysage (ici près de l'étang de Bailleul) est un vrai jardin où trônent les rhododendrons (Rhododendron ferrugineum, famille des éricacées).

    Le Carlit

     

    Détail des fleurs de rhododendron

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Jeudi 30 Avril à 11:37

    J'ai vraiment aimé ton billet et il m'a rappelé plein de souvenirs ... Inutile de te dire que le Carlit, les Bouillouses,  l'étang de Bailleul, tout cela me parle. Et j'ai une photo (ancienne ...) qui ressemble à la tienne avec les Rhododendrons ! Et souvenirs encore plus anciens, mon papa, il y a peut être une soixantaine d'années, il avait travaillé au barrage du Lanoux ! Allez, bisous et merci pour cet article !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :