• Les Mayons, la Sauvette

    Avec ses 776 m le sommet de la Sauvette est le point culminant du massif des Maures devant celui de Notre-Dame des Anges (768 m). L'atmosphère rendue transparente par la récente pluie et un peu de vent devrait aujourd'hui nous y faire profiter d'une vue exceptionnelle.

    Délaissant un départ possible du Col des Fourches (520 m) qui réduirait considérablement le dénivelé, nous choisissons une ascension "intégrale" en partant du petit village des Mayons , au Nord du massif et au bord de la Plaine des Maures. Nous nous y garons au parking qui se situe en contrebas de la Place de la Mairie.

    Les Mayons, la Sauvette

    Passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

     

    Nous traversons le village et remontons le vallon jusqu'au Pont des Lones où nous traversons le Mourrefrey.

    Une fontaine dans le villageLes Mayons depuis la sortie du village

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous continuons sur la route asphaltée qui s'enfonce dans le vallon de la Pommière, noyé dans une épaisse verdure.

    Un cabanon avec un toit "végétalisé"Quelques beaux châtaigniers bordent la route

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Arrivés au niveau du Maupas nous trouvons sur la droite un départ de chemin à côté d'une citerne sur laquelle l'inscription  "Georges" confirme que nous sommes dans la bonne direction (le sentier vers la Sauvette démarre au "Rocher de Georges"). Au bout d'un moment ce chemin traverse une châtaigneraie bien entretenue où la récolte n'a pas encore eu lieu. La cueillette "pirate" des châtaignes est un sujet sensible à cette époque dans tous les villages des Maures et il convient de respecter à la fois le règlement et le travail des castanéiculteurs en restant scrupuleusement sur le chemin et en s'abstenant de tout ramassage.

    Le chemin au milieu de vieux chênes-vertsLa châtaigneraie

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le chemin continue ensuite à s'élever doucement jusqu'à un lacet où nous le quittons (cote 317) pour un sentier plus étroit au milieu d'une forêt dense de pins maritimes.  Le sentier est rectiligne, la pente est forte, le sol est rendu glissant par une épaisse couche d'aiguilles de pins et cette montée est plutôt rude. Heureusement, après avoir gagné 150m de dénivelé en seulement 400m, nous arrivons à un palier horizontal qui permet de souffler. La suite est plus facile. Au débouché d'un court raidillon nous rencontrons un cabanon en schiste gris puis nous rejoignons la route des crêtes au niveau du Rocher de Georges.

    Le cabanonLe même, vu d'en haut

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La montée à la Sauvette débute en forêt où le sentier se perd un peu. Plusieurs arbres tombés obligent à des détours et l'omniprésence de ronces au sol nécessite pas mal d'attention. Nous finissons par déboucher sur une crête rocheuse dégagée qui nous offre les panoramas attendus : vers le Nord, les premiers sommets des Alpes : montagne de Lure, Grand Margès, Mourre de Chanier, Lachens. Vers l'Est le rocher de Roquebrune et l'Estérel, vers le Sud-Est le Golfe de Saint-Tropez.

    Zoom sur les Bessillons. Au fond, le Mont Ventoux ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au fond, le Golfe de Saint-TropezZoom vers Saint-Tropez

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le sentier, désormais bien visible, continue entre les rochers au milieu de bosquets bas de chênes-verts et arrive au sommet marqué d'une colonne de briques qui abrite un repère géodésique.

    Contournement d'un gros rocherVue typique du sentier

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au sommet de la SauvetteAu sommet de la Sauvette

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De ce sommet nous découvrons maintenant l'Ouest du département, jusqu'à la Sainte-Baume.

    Vue vers la rade de ToulonZoom sur Notre-dame des Anges devant la Sainte-Baume

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après le pique-nique nous retournons sur la route des crêtes par un itinéraire un peu différent qui finit par traverser une châtaigneraie plus confortable que la forêt de la montée et nous décidons de passer par le sommet de l'Argentière. La montée est facile, avec toujours les mêmes vues vers le Nord, mais la descente est très mal tracée et il faut faire attention en suivant quelques rares cairns. Le GPS est ici une aide précieuse. Une fois sur la route, la suite ne pose plus de problème : d'abord sur un chemin très pentu en forêt, puis sur la piste de la Serre.

    Au milieu des chênes-vertsÉtranges édifices de pierres dans la forêt

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Chênes-liègesCabanon au bord du chemin

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Chênes-liègesSur la piste de la Serre

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Cette piste suit la crête et nous donne des vues originales sur le village que nous atteignons après un peu plus de 15 km et 750 m de dénivelé. Une balade un peu exigeante, mais magnifique.

    Les Mayons depuis la piste de la Serre. Au fond (encore) les BessillonRetour à la Place de la Mairie.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une reine du jour ? La châtaigne, bien sûr !

    Les Mayons, la Sauvette

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Dimanche 20 Octobre à 07:43

    Magnifique massif des Maures où j'allais souvent randonner quand j'habitais Toulon. Belles photos qui me rappellent de beaux souvenirs ! Tiens dimanche dernier j'étais à Anduze à la fête de la châtaigne et j'ai mis un petit billet sur mon blog ! Bisous.

      • Dimanche 20 Octobre à 19:30

        Que ce soit pour les châtaignes ou pour le relief, les Maures ont bien des points communs avec les serres cévenoles.

        Amitiés

    2
    Francois
    Dimanche 20 Octobre à 11:27
    Bonne idée de faire cette balade à l'automne : les couleurs devaient être somptueuses!
      • Dimanche 20 Octobre à 19:27

        Dans les Maures, c'est encore un peu tôt. Les feuilles des châtaigniers sont toujours vertes. Elles doivent attendre ton retour pour changer de couleur ...

        A bientôt

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :