• Le lac des Escarcets

    Depuis longtemps nous avons pris l'habitude de faire au printemps une promenade autour du lac des Escarcets. C'est en effet le bon moment pour profiter de l'abondance des fleurs dans la Réserve Naturelle de la Plaine des Maures toute revigorée par les pluies hivernales.

    Départ classique du parking en bordure de la D558.

    Le lac des Escarcets

    Rappel : passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

     

    A quelques mètres de la terre battue de l'aire de stationnement, les pelouses sont constellées de sérapias négligés, orchidées protégées car appartenant à une espèce rare... sauf ici où il est difficile de ne pas marcher dessus dès qu'on quitte le sentier. Minuscules pâquerettes blanches, hélianthèmes à gouttes et renoncules jaunes, lavandes des Maures violettes, complètent le tableau. Il y a encore beaucoup d'iris mais il est un peu tard et ils commencent à faner.

    Sérapias négligésSérapias négligé

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On rejoint le ruisseau des Escarcets, puis le déversoir du lac et on traverse plein Sud le plateau autour de la Péguière. Vers le Nord, la vue porte jusqu'aux sommets (Lachens, Robion, ...) du Haut Var sur lesquels subsistent quelques traces de neige.

    Le déversoir du lacVue vers le Nord

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après un peu d'errance dans la forêt de pins maritimes (reconnaissables à leurs très longues aiguilles) au Sud du lac on arrive au gué sur le ruisseau des Mines en aval duquel nous installons notre pique-nique. L'eau coule en abondance et c'est toujours un spectacle un peu inattendu, dans cet environnement globalement plat (même pas 50m de dénivelé sur presque 4km entre la D75 au Sud et la D558 au Nord), de voir les ruisseaux si agréablement animés par des cascades, des ressauts et des goulets au milieu des tables de grès rouge.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Retour par la forêt, puis le bord du lac, avant de traverser le plateau des Aurèdes pour arriver aux voitures après 9 km sans dénivelé appréciable.

    Le lac des EscarcetsLe lac des Escarcets

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le lac des EscarcetsLe lac des Escarcets

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    J'ai choisi une fleur du jour discrète, rencontrée en quelques exemplaires au bord du sentier sous les pins : il s'agit de la benoîte des bois (Geum sylvaticum, famille des rosacées). Son caractère discriminant au sein du genre Geum serait la forme de ses fruits - mais il est trop tôt pour les voir. On doit se contenter de ses feuilles, velues et composées avec un segment terminal nettement plus grand que les autres, ainsi que de ses 5 pétales jaunes munis d'une courte échancrure qui leur donne une forme de cœur.

    Benoite des boisBenoite des bois

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :