• Le long du Latay, de Chibron au pont du Diable

    Au pied de la Sainte-Baume le Haut Latay concentre dans un décor sauvage plusieurs vestiges intéressants (fermes, moulin, pont). Et il y a toujours de l'eau dans la rivière, même quand celle-ci disparait plus  en aval, comme c'est le cas en ce moment.

    On peut se garer sur une aire aménagée à un petit kilomètre de la D2, à l'Ouest du hameau de Chibron dont les bâtiments furent pendant la guerre un camp d'internement ( ICI ).

    Nous partons en coupant les premiers lacets de la piste sur un chemin que l'érosion a rendu particulièrement irrégulier et rocailleux.  Par endroits on devine encore les traces des roues des charrettes dont la plupart devaient descendre vers Signes puis Toulon ou Marseille la glace stockée des glacières de Fontfrège. Quand on rejoint une première fois la piste un large layon sous la ligne électrique permet d'atteindre facilement le bord du ravin au fond duquel se trouve le lit du Latay. Il n'y a pas une goutte d'eau et c'est dommage car on est au niveau d'une cascade d'une vingtaine de mètres qui peut être très spectaculaire plus tard en saison. Au croisement suivant avec la piste il faut continuer sur celle-ci, le sentier qui longe le canal étant désormais clairement interdit.

     

     Le haut de la grande cascade, vu de la rive droiteLe chemin du départ

     

     

     

     

     

     

     

     

     Passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

    La cascade vue de la rive gauche, avec un peu d'eau (Mars 2014)En amont de la cascade, le lit du Latay complètement à sec

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après avoir dépassé les ruines d'un ancien cabanon (le Latay sur la carte IGN) on arrive à un gué où on retrouve enfin de l'eau, dans la rivière et dans le canal.

    Quand on croise le canal les panneaux sont très clairs.Les ruines du Latay

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le gué, vers l'amontLe gué, vers l'aval

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous commençons par nous engager sur un étroit sentier qui longe le ruisseau en restant en rive droite, mais au bout d'une centaine de mètres il rejoint le bord du canal récemment nettoyé et toujours interdit. Nous revenons sur nos pas, traversons le Latay et suivons le GR9. Un peu plus haut un nouveau gué permet de repasser en rive droite et nous montons à travers de belles clairières jusqu'aux ruines de la ferme du Haut-Latay.

    Traversée du canal avant la ferme du Haut-LatayLe canal à l'endroit où nous avons fait demi-tour

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La ferme du Haut-LatayLa ferme du Haut-Latay

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un sentier mène aux ruines du moulin et au départ de son béal.

    Les ruines du moulinLe béal, vers l'amont

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le béal, vers l'avalLe canal et, à droite, ce qui reste d'eau dans le Latay

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    En amont du moulin se trouvent une cascade d'une dizaine de mètres (ce qui justifie l'emplacement du moulin) et les ruines des piles du "Pont du Diable".

    Le  pont du DiableLe  pont du Diable

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après le pique-nique dans la clairière autour de la ferme, retour par le même itinéraire en suivant cette fois la piste jusqu'au bout pour éviter de descendre le très mauvais chemin du départ. Une balade d'environ 12 km, complétée un peu plus tard par un tour dans le village de Signes avec, saison oblige, une étape dans une célèbre boutique de nougat.

    Un lavoirEt une fontaine

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le passage du Tombadou ...... et son avertissement gentiment hygiéniste

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une rue étroiteLa boutique dont les amateurs connaissent déjà ou retrouveront facilement le nom

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Lundi 26 Octobre à 18:45

    Encore une bien belle rando que tu as faite là !!! J'aurais bien aimé te suivre. Moi demain, je file dans les Pyrénées. Bisous.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :