• Les Morières, la source du Bousquet

    Après une semaine de pluies souvent intenses, peut-être y aura-t-il de l'eau à la source du Bousquet, dans le massif des Bidoufles sur le plateau des Morières?

    Ne disposant que peu de temps, nous n'allons faire qu'un aller-retour direct et rapide. Nous partons de l'entrée de la piste qui démarre au grand lacet de la route forestière qui se trouve juste après Morière le Cap.

    Morière, source du Bousquet

    Rappel : passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

     

    Nous suivons cette piste jusqu'à l'entrée sur le plateau entre Bouche Ointe et la Barre des Bidoufles. Là, dans une clairière sur la droite, il y a deux départs de sentiers. Le plus visible se dirige vers le Nord, ce n'est pas le bon. L'autre part du l'extrémité Sud de la clairière. Il est particulièrement discret.

    Le sommet qui domine le site de la sourceL'entrée du sentier (le cairn vient juste d'être monté)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ce sentier est, au fil des ans, de plus en plus étroit et encombré et il est même cette fois barré par un ou deux arbres pliés par les pluies. Et c'est trempés par l'eau qui dégouline des feuillages (il pleuvait encore quelques heures auparavant) que nous arrivons devant la "source du Bousquet". La petite grotte qui est censée l'abriter est bien humide, sa paroi est couverte de mousse, mais il n'y a pas même un filet d'eau. Il faut dire que le sol en cuvette est en terre et que, si de l'eau n'arrive pas en continu, il ne peut pas en rester. Il n'y a pas non plus de signe évident de débordement récent (trainées de boues dans l'herbe devant l'entrée) comme nous avons pu en voir par le passé ( ICI ). 

    Le sentier vers la source Le renfoncement dans la falaise qui abrite la source

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous continuons une dizaine de mètres vers l'amont pour revoir une anfractuosité dans le rocher que nous avions prise, à notre première visite, pour un candidat possible pour la source, et là, contrairement à ce qui m'avait paru improbable à l'époque, il y a de l'eau : la cavité est pleine. Un faible ruissellement mouille encore un peu les rochers qui la dominent mais cela semble une conséquence finissante de la pluie de la nuit.

    Le trou dans la rocheIl est plein d'eau

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Alors ?  Source ou pas source, et où ? A vrai dire, je me suis toujours interrogé sur la présence d'une vraie source à cet endroit. On ne voit, en aval de ces deux sites, aucun lit potentiel de ruisseau qui pourrait indiquer un écoulement sinon permanent, du moins persistant assez longtemps après les pluies. D'autre part le sommet de la colline n'est que quelques dizaines de mètres plus haut alors que dans ce calcaire fissuré, percé d'avens, l'eau s'enfonce très profondément. Des sources, il y en a en fait de nombreuses au pied du massif des Morières, à Signes, à Solliès, à Montrieux, à Belgentier, ... Mais sur le plateau les points d'eau, aménagés car précieux pour ceux qui vivaient et travaillaient là, sont des citernes, des puits, des sambles. Ce qui ressemble le plus à une source serait le "puits des Bidoufles" ( ICI ) : nous l'avions vu débordant après une forte pluie, mais au fond son nom indique sans doute sa vraie nature. Il est bien possible que la "source du Bousquet" soit un point d'eau temporaire qui ne devrait sa qualification de source qu'au fait qu'il n'y a pas d'intervention humaine : pas de muret, pas d'abri, pas de captage ; on respecte effectivement la définition du Larousse ("Source" : eau sortant naturellement du sol) qui ne précise pas la permanence du phénomène.

    Ayant assouvi pour un moment ma curiosité à propos de ce lieu, il n'y a plus qu' à retourner au départ, par le même chemin et avec un détour pique-nique à la clairière de la citerne neuve. Au passage quelques végétaux nous montrent bien qu'on est en automne, et même que l'hiver se prépare.

    La Citerne NeuveUne curieuse pierre feuilletée

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Coprin cheveluNoel se prépare. Les boules du houx ne sont pas encore rouges

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une courte marche de 6,5 km et 150 m de dénivelé.

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :