• Llar, le chemin Vauban et le chemin des canons

    Bien avant la construction de la route du fond de la vallée de la Tet (aujourd'hui la N 116), les besoins militaires avaient donné naissance à deux itinéraires légèrement différents pour relier Olette et Montlouis: le "chemin Vauban", construit à l'initiative du Maréchal pour desservir la citadelle de Montlouis édifiée après le traité des Pyrénées (1659) et le "chemin des canons", utilisé par le général Luc Dagobert de Fontenille pour transporter son artillerie pendant la guerre du Roussillon contre l'Espagne en 1793-94. Ces deux itinéraires, en balcon sur la vallée,  sont aujourd'hui des sentiers de randonnée particulièrement pittoresques. Cette boucle, au départ du hameau de Llar, en donne un bel aperçu.

    Rallier Llar, au bout d'une route qui part de Fontpédrouse, sur la N116, n'est pas une mince affaire. Si on arrive en descente (de Montlouis), aucun panneau visible n'indique cette route et, si on la rate, il faut encore descendre quelques kilomètres pour pouvoir faire "légalement"  - et prudemment - demi-tour. Et, quand on arrive en montant, on voit bien le panneau, mais il est impossible de tourner, tant l'angle est aigu. Il faut donc continuer et aller faire demi-tour à l'entrée du village. Et, si au moment de s'engager sur la route, on voit un véhicule en train de descendre, à moins d'avoir un goût prononcé pour la marche arrière en pente il vaut mieux attendre qu'il ait rejoint la N116, la suite montrant qu'un croisement dans cette partie de la route est impossible. Après ce difficile préambule, il ne reste plus que 6km d'une route étroite, parfois bordée d'arbres mais avec quand même deux ou trois virages face au vide et sans parapet , avant d'atteindre  le village. Un parking rustique est aménagé une centaine de mètres avant fin de la route. C'est là que nous commençons la marche.

    Llar, le chemin Vauban et le chemin des canons

    Rappel : passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

     

    Immédiatement, nous ne regrettons pas l'épreuve de la montée. Llar est un nid d'aigle accroché au flanc très pentu de la vallée, plus de 400m au dessus de la rivière. Il n'y a que quelques maisons, presque toutes rénovées et fleuries. Plusieurs ruisseaux dévalent de la montagne. Le lieu est agréable et les vues sur la chaîne frontière sont somptueuses.

    Depuis une terrasse, la vallée de la Tet et, au fond, le CanigouEn face, la vallée de la Carança et à droite le pic de Gallinas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous entamons la montée sur un chemin caladé balisé en jaune: nous sommes sur le chemin Vauban. Comme toujours avec ces chemins tracés pour d'autres usages que la randonnée, la pente n'est pas excessive, les obstacle sont contournés, la progression est aisée. Et quelle vue!

    La traversée du canal de CanaveilesLlar et la vue sur les montagnes

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Petit à petit, frênes et noisetiers sont remplacés par les genets et les pins et, passé le col, sur le bac (ubac), nous entrons dans une superbe forêt de pins sylvestres. Après un détour à la font de l'Ours, malheureusement tarie, nous quittons le chemin Vauban pour le chemin des canons.

    Près de la fin de la montéeLa Font de l'Ours

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le chemin des canons dans la forêt des LlançadesLe chemin des canons dans la forêt des Llançades

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il est en pente douce (pensons aux canons!), confortable et ombragé. Peu après le pique-nique près de la Font de Guillemet qui ne délivre qu'un minuscule filet d'eau, nous le quittons pour une piste qui s'oriente progressivement au Sud en perdant l'ombre de la forêt.

    Le beau panneau qui signale la Font de GuillemetHélas, le réceptacle n'est pas à la hauteur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vers le Nord, les pics de la Pelade et d'EscoutouVers l'Est, la vallée de la Tet. On devine le chantier de Joncet

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On traverse à nouveau le canal, avant de se retrouver en balcon sur la vallée, dans un paysage qui prend des accents méditerranéens (cistes, thym, genets, ...).

    Le canal de CanaveillesAu fond, le Canigou

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La vallée de Carança (dans le cercle, une des corniches du circuit des gorges)Zoom sur la corniche

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On domine Thuès de près de 400 mètresUn dernier regard vers le Canigou

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Peu avant l'arrivée à Llar, un petit détour permet de rendre visite à la chapelle Saint-André.

    On retrouve Llar. En bas, le pont Séjourné, qui enjambe la Tet et la routeLa chapelle Saint-André

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Sous le charme de cette magnifique balade, de sa variété, de ses panoramas, de sa charge historique, nous rejoignons notre "parking" après un peu plus de 8 km et 350m de dénivelé. Et même la descente, où nous avons le bonheur de ne croiser personne, nous a paru légère...

    Exceptionnellement, la plante de la fleur du jour ne sera pas ... fleurie. mais je n'ai pas résisté à l'occasion de compléter ma liste des cistes ( ICI ) par le ciste à feuilles de laurier (Cistus laurifiolius), jamais rencontré dans le Var, dont on ne voit en ce moment que les feuilles, très odorantes, luisantes, épaisses, aux bords légèrement crénelés, et les fruits. En fin de printemps, il donne des fleurs blanches de 5 à 6 cm de diamètre, plus grandes donc que celles des cistes de Montpellier ou à feuilles de sauge. Ce doit être un beau spectacle, il nous faudra revenir (Aie, la route !).

    Ciste à feuilles de laurier

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    DANGEARD
    Mardi 22 Août à 08:10
    Que c'est beau.
    2
    François
    Jeudi 24 Août à 18:42
    Superbe! Vive les sentiers à usage militaire (un peu comme le chemin de la Mâture parcouru cet été). 8km, la progression est netteeprogression est nette...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :