• Les collines entre Solliès-Pont et Cuers, de Sainte-Christine à Valcros en passant par l'oppidum du Castellas,  devraient nous permettre d'échapper au moins en partie au mistral glacial qui souffle aujourd'hui comme un forcené.

    Nous partons donc du parking situé au bout de l'étroit chemin de Sainte-Christine et commençons la balade par le tour des deux chapelles.

    L'oppidum de Solliès-Pont, Valcros

    Rappel : passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

     

    En effet, au milieu d'obscures querelles qui n'ont été soldées définitivement par une "grande réconciliation" qu'en 1983, les villages de Solliès-Pont et de Cuers ont érigé chacun une chapelle au sommet de la colline, de part et d'autre de la limite qui sépare leurs territoires. Et quand on dit de part et d'autre, il n'y a qu'une cinquantaine de cm qui sépare les deux édifices ! Celle de Solliès, la plus ancienne, bien exposée au Sud, est flanquée d'un ancien ermitage. Celle de Cuers est au Nord et à l'ombre de la première. Dures contraintes que celles de la topographie !

    La chapelle Sainte-Christine de CuersLa chapelle Sainte-Christine de Solliès-Pont

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On descend ensuite dans le ravin qui borde à l'Ouest l'emplacement des chapelles pour prendre un étroit sentier qui monte en rive gauche d'un vallon. Ce sentier est en pente régulière, il est pavé et bâti avec des murs de soutènement qui sont effondrés sur de courts passages et il est bien encombré par la végétation, notamment de la salspareille assez agressive. Au croisement qu'on trouve à l'approche du col, on prend à gauche pour monter vers l'oppidum, à travers d'anciennes restanques. Au bout du sentier, il faut gravir un éboulis de grosses pierres pour arriver sur l'enceinte de l'oppidum, large de plusieurs mètres. On la suit sur une centaine de mètres pour atteindre le lieu des fouilles qui se sont déroulées au début des années 70. De là, la vue s'étale du Sud au Nord-Ouest. Sur les grandes dalles de calcaire dégagées par les fouilles, il est facile de trouver quelques traces de fossiles (ammonites et bélemnites). Plus sur cet oppidum ICI .

    Le sentier de montée vers l'oppidum à travers les restanquesL'extrémité Sud du champ de fouilles. Au fond, le Coudon

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Empreinte d'une ammoniteFossiles de belemnites ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La vallée du GapeauAu cours de la descente, les barres de Cuers. Dans le creux, Valcros

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On retourne ensuite au croisement, on continue tout droit, et en suivant une trace peu marquée puis un sentier et enfin des restes de piste en lacets on finit par arriver sur la piste qui amène, via le  Bau d'Astier, à un col sur la route goudronnée de Cuers à Valcros. On prend sur la gauche une piste qui descend au hameau, bien ensoleillé et abrité du vent. C'est un endroit charmant, avec son vieux lavoir, son pressoir, son four à pain, sa chapelle... On remarque particulièrement un micocoulier imposant qui est en fait "l'arbre de la liberté" planté au moment de la révolution de Février 1848 par un certain Paulin Teisseire.

    Valcros, le moulin à huileValcros, le vieux lavoir

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Valcros, le placard sur l'arbre de la LibertéValcros, l'arbre de la Liberté

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après un pique-nique au soleil, on remonte au col, puis, par une succession de chemins et de pistes on retrouve le circuit de découverte balisé en jaune qui nous ramène aux Chapelles après un peu moins de 11 km et 400 m de dénivelé, en ayant été presque tout le temps abrités du vent.

    Valcros depuis le col sur la route de Cuers

    Partager via Gmail

    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires