• Saint Zacharie, Champeyron, la Taurelle

    Les sources de l'Huveaune sont une balade classique dans le secteur Nans les Pins - Saint Zacharie. Mais aujourd'hui, avec Yannick et Jean-Bernard, nous allons plus en aval du fleuve (eh oui, l'Huveaune est un fleuve), entre la Taurelle et le Sambuc. Un sommet à 644 m devrait constituer un beau belvédère, surtout avec l'atmosphère transparente qu'un bon mistral vient de nous dégager.

    Nous nous garons sur un petit renfoncement  près du Pas de Peyruis, sur la route D480 de Saint Zacharie à Plan d'Aups.

    Saint Zacharie, Champeyron, la Taurelle

    Nous longeons la route vers l'aval sur une centaine de mètres pour trouver le départ du sentier balisé qui monte sur la colline et au passage, nous voyons qu'il y a un emplacement à droite de la route (donc à gauche en montant) qui pourrait accueillir 4 ou 5 voitures. A retenir pour une prochaine fois.

    Le sentier, bien tracé, s'élève en pente régulière et nous délivre les premières vues sur la Sainte Baume.

    L'oratoire dédié à Saint Jacques près du départPremières vues sur le Pic de Bertagne et la Plan des Vaches

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Arrivés à un palier, nous prenons une piste sur la droite qui monte, là encore en pente régulière, vers le sommet où se trouve une zone aplanie pour accueillir les hélicoptères. Ce sommet constitue, comme attendu, un belvédère remarquable, avec des vues lointaines dans tous les azimuts: Sainte Baume, Massif du Garlaban et de l'Etoile, Sainte Victoire, Monts Auréliens , Grand et Petit Bessillon, ....

    Vue vers l'Est et les collines du varVue vers le Nord et la Sainte Victoire

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vue vers le Sud-Est et le sommet de la Sainte Baume (Joug de l'Aigle)Vue vers l'Ouest,  les massifs du Garlaban et de l'Etoile

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous quittons le sommet, d'abord par une piste puis par un étroit sentier sur la crête puis au flanc du thalweg. Arrivés au fond de celui-ci, nous retrouvons le circuit balisé qui nous mène, en évitant de temps en temps les pistes, au bord de l'Huveaune. Et comme, à ce niveau, il n'y a pas une goutte d'eau, nous pique-niquons dans le lit de la rivière à l'ombre des arbres et assis sur des rochers moussus bien confortables. Nous continuons ensuite à remonter l'Huveaune et progressivement l'eau apparait : d'abord quelques flaques et enfin un petit filet continu.

    Le lit à sec de l'HuveaunePLus en amont, on retrouve un (faible) courant

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Laissant sur notre gauche le chemin des sources, nous tournons vers la Taurelle et découvrons d'immenses étendues d'un vert éblouissant qui contraste avec la sécheresse que nous avons rencontrée en aval.

    Derrière les prés de laTaurelle, la Sainte BaumeEncore un peu de verdure !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    C'est dans cette ambiance printanière que nous regagnons la voiture après un parcours facile, varié et très agréable de 11,5 km et d'environ 400 m de dénivelé. Nous avons rencontré beaucoup de fleurs tout le long de ce circuit : cistes, genets de toute sortes, muscaris, aphyllantes, lins jaune et bleu, géranium, ... mais, même si nous n'en avons vu qu'un seul exemplaire  un peu maigrichon, la palme revient aujourd'hui à cet ophrys de Provence (Ophrys provincialis, famille des orchidacées). Pour le reconnaître, il faut le regarder dans le blanc des pseudo-yeux, dans la partie supérieure du labelle pourpre. C'est un des signes distinctifs.

    Ophrys de Provence

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :