• Col de Creu, les Estagnols, Sansa

    Voici une variante d'un parcours effectué en aller-retour en hiver en raquettes ( ICI ). En été, il est bien plus facile de réaliser une boucle.

    Le départ se fait au col de Creu mais au lieu de suivre la crête nous prenons cette fois un sentier qui descend  sur le versant Capcir pour rejoindre la piste qui mène de Réal au col de Sansa.

    Col de Creu, les Estagnols, Sansa

    Passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

    Il se peut que vous ayez à "rafraîchir" la page pour voir les images en taille réelle

     

    Ce n'est pas la plus belle façon de relier les cols de Creu et de Sansa, mais cet itinéraire va me permettre de vérifier la viabilité de la piste de Réal en vue d'une prochaine randonnée vers les sommets du Madres et de la Pelade pour laquelle une approche en voiture sera bien utile. Par endroits, malgré une atmosphère rendue moins transparente par les aérosols (pollens de pin, sans doute)  on a quand même de jolies vues sur le Capcir.

    Vue sur le CapcirVue sur le Capcir

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vue sur le Capcir (et  le village de Formiguères)Vue sur le Capcir (et le village et le lac de Puyvalador)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après le col de Sansa, on bascule sur le versant Garrotxes et on marche à peu près de niveau jusqu'au refuge des Estagnols, dont les parages sont occupés par un imposant troupeau de vaches.

    Le refuge des EstagnolsL'estagnol amont

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous laissons prudemment la rive gauche au troupeauL'étang du haut vu vers l'amont. Au fond, le Madres

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous allons jeter un coup d'œil à l'étang aval partiellement envahi par les roseaux puis nous prenons un sentier étroit qui descend jusqu'au Pla de l'Orri, vaste clairière où se trouvent les ruines d'une bergerie  originale : sa voûte triangulaire, très épaisse, en pierres recouvertes de terre, s'est partiellement effondrée et ce qui en reste est soutenu par une arche de béton. Sa façade est plus classique. Après une visite à distance (elle est entourée d'un enclos où trône un taureau solitaire) nous cherchons un sentier qui devrait nous mener à Sansa. Il figure sur la carte, mais sur le terrain, il n'en reste pas grand chose.

    L'étang avalLe Pla de l'Orri

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Zoom sur la bergerie ruinéeVers l'amont, les anciennes terrasses cultivées, aujourd'hui envahies par les églantiers

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au début pas de problème : on passe entre deux murets partiellement effondrés et après un virage à droite pour longer de loin le Cabrils on découvre quelques pieux aux sommets peints en jaune. Puis plus rien et n'ayant pas vu de trace nous rapprochant de la rivière pour la traverser, nous décidons de descendre au mieux sur des sentes de bétail au milieu d'anciens champs en terrasse et nous finissons par arriver à la passerelle sur la piste qui vient de Sansa. Là un superbe tilleul va nous fournir l'ombre attendue pour le pique-nique. Il y a même une table et un banc.

    Descente dans la vallée du CabrilsLe coin de pique-nique

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il nous faut maintenant remonter au Col de Creu. Jusqu'au Col du Dragon le sentier est étroit mais il monte régulièrement en balcon sous les frênes, les noisetiers et les houx, avec, de temps en temps, de belles échappées vers le village de Sansa et le pic de la Pelade.

    Vue sur SansaVue sur Sansa

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après le col commence une partie plus éprouvante, pas tant à cause des quelques raidillons somme toute courts et peu escarpés qu'à cause du soleil et d'une chaleur étouffante. Heureusement, si à gauche, nous longeons un "cramat" (zone déboisée à la suite d'un incendie et couverte de genets et de chardons) écrasé de soleil, à notre droite il y a des bois de pins qui de loin en loin nous offrent quelques minutes de repos à l'ombre.

    Après le col du Dragon, le vallon de RailleuLe cramat à notre gauche

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un grand cerf (trop) furtivement entrevu au cours d'un de nos arrêts sous les pinsOn approche du col de Creu

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Plus haut on sort enfin du cramat pour retrouver des conditions plus agréables, de l'ombre et de l'herbe, et arriver au Col de Creu après 13 km et un peu moins de 500 m de montée.

    Dernier regard aux GarrotxesUne nature plus accueillante

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les genets sagittés (Genista sagittalis, famille des fabacées) couvrent en ce moment de leurs touffes jaunes toutes les pelouses et clairières. Leur nom vient de la section triangulaire aux pointes très marquées (faisant penser à une pointe de flèche) de leurs tiges, raides et courtes.

    Genet sagitté

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :