• La vallée d'Ordesa

    Nous avons par le passé visité à plusieurs reprises le Parc national d'Ordesa, mais toujours en fin d'été. Aujourd'hui nous y retournons en fin de printemps, avec l'espoir d'y trouver les nombreuses fleurs qui font une partie de sa célébrité.

    Notre première balade consiste "tout simplement" à remonter la vallée d'Ordesa, le long du Rio Arrazas, de la Pradera au cirque de Soaso, au pied du Mont Perdu. Avant la fin Juin, il est encore possible d'accéder en voiture à la Pradera, mais il commence à y avoir de l'affluence et il faut partir assez tôt. Plus tard, l'accès sera contingenté et ne pourra se faire qu'avec les navettes au départ de Torla.

    La vallée d'Ordesa

    Passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

    Il se peut que vous ayez à "rafraîchir" la page pour voir les images agrandies

     

    La piste commence pratiquement à plat le long de la rivière avant de se redresser à l'approche des premières cascades.

    Départ de la PraderaUn hêtre ("haya") particulièrement majestueux

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pendant un bon moment on alterne les lacets dans la forêt et les détours vers les belvédères qui donnent sur les cascades.

    Les premières cascadesLes premières cascades

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au détour d'un virage, regard vers l'aval et les falaises de la Punta GallineroTrente mètres plus bas, la rivière a creusé une grotte  dans la falaise

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au bord des cascadesAu bord des cascades

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après avoir gagné insensiblement (quoique ...) de l'altitude, la pente s'atténue en sortant de la forêt et on approche des "gradas" (escaliers) de Soaso, suite de cascades plus régulières où l'eau prend des teintes magnifiques.

    Un passage presque plat, dominé de plus de 500m par les crêtes de la Sierra de las Cutas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les GradasLes Gradas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On finit par déboucher sur l'immense cirque de Soaso fermé par les pentes du Mont Perdu. L'eau sourd de partout à flanc de falaise, après s'être infiltrée à la fonte des neiges dans le calcaire des plateaux dans lequel l'érosion a creusé le canyon. Tout au fond, la Colla del Caballo étale son superbe panache.

    Arrivée au Cirque de SoasoLe Cirque de Soaso

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La Colla del CaballoLa Colla del Caballo

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous nous écartons un peu pour trouver un endroit de pique-nique plus tranquille que les abords immédiats de la cascade où se concentrent les visiteurs, car, en ce premier jour de vacances scolaires en Espagne, il y a du monde. Nous allons d'ailleurs encore croiser pas mal de randonneurs plus tardifs pendant la descente.

    A nouveau les GradasAu début du retour

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Puis le bois des HêtresEt une cascade

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après le Bois des Hêtres, nous traversons la rivière sur le pont de Arripas. Le sentier passe en face du cirque de Cotatuero et sa cascade de plus de 200m de chute (voir d'autres images ICI ). Une voie d'escalade équipée de clous ("clavijas") et de câbles permet de monter par le fond du cirque sur les plateaux qui conduisent à la brèche de Roland. Impressionnant !

    Le Cirque de CotatueroZoom sur la cascade de Cotatuero. En jaune, très approximatif, le trajet de montée par les "clavijas"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Sous un soleil de fin d'après-midi, nous retrouvons la Pradera, le Tozal del Mallo et le Tobacor, après un superbe parcours sans difficulté mais qui fait quand même près de 20 km et 500 m de dénivelé.

    Retour à la PraderaDerrière nous, éclairé par le soleil couchant, le massif du Tobacor

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Et les fleurs ? Eh bien ! nous n'avons pas été déçus. Des plus communes aux plus rares, c'est une profusion colorée qui nous a accompagnés pendant toute la balade. J'ai réuni une vingtaine d'espèces dans cette galerie. Mais voici quand même deux fleurs particulièrement emblématiques du Parc. D'abord, des edelweiss (Leontopodium alpinum, famille des astéracées) qu'il n'y a pas eu besoin de chercher sur des parois abruptes: nous les avons rencontrés près du départ, dans un bosquet plat et clairsemé.

    Edelweiss

     

    Et puis, la Ramondia (Ramondia pyrenaica, famille des gesnéracées) qui, en cette saison, pousse abondamment à l'ombre dans les fentes des rochers. La Ramondia est nommée en hommage au Baron Ramond de Carbonnières (1753 - 1827) naturaliste, botaniste, géologue et physicien , premier "pyrénéiste".

    Ramondia

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    couperose
    Vendredi 28 Juin à 19:38

    magnifique!

    enfin une photo de la rare Ramondia !

      • Vendredi 28 Juin à 21:24

        J'en rêvais depuis nos premières visites en Aragon. En fait elle n'est pas rare, mais plutôt restreinte à certaines régions : nous en avons vu beaucoup à Ordesa et à Anisclo, il parait qu'il y en a aussi à Pineta et dans la Sierra de Guara. Il suffisait d'être au bon endroit au bon moment ...

        Salut à toi

        Pierre

    2
    JB
    Vendredi 28 Juin à 21:22

    Tellement de bons souvenirs! Je suis heureux avec vous.

    Après la jolie reviviscente Ramondia, quel est ton prochain objectif?

      • Vendredi 28 Juin à 22:33

        Que de bons souvenirs pour nous aussi. Et enfin la ramondia qui est à la hauteur de nos rêves ! Pour la suite aragonaise, je ne sais pas : Pineta ou Anisclo en automne , des raquettes à Nérin ? Quien sabe !

        Tu sais que tu pourrais revenir : il n'y a plus de migas au menu de notre restaurant favori.

        Bien à vous deux

        Pierre

    3
    Vendredi 28 Juin à 21:51

    Magnifiques paysages d'une région de l'Espagne que ne je connais pas trop ... Il ne me reste plus qu'à y aller. Superbes photos qui donnent vraiment envie de s'y rendre. En ce qui me concerne je vais demain m'évader dans les Pyrénées-Orientales, cela me fera le plus grand bien ... Bonne soirée.

    4
    Gilles
    Samedi 29 Juin à 11:38

    Magnifique! cela fait rêver. 

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :