• Châteauvallon, le télégraphe

    Le Croupatier, que ce soit à partir de Châteauvallon ( ICI ), du Broussan (ICI ) ou des hautes Pavègnes ( ICI ) est toujours un lieu de balade agréable quand on ne veut pas s'éloigner de Toulon. Le circuit d'aujourd'hui va nous faire passer par un endroit que nous n'avons pas visité depuis un bon moment : le télégraphe.

    Départ de l'extrémité Ouest du parking de Châteauvallon sur le tracé balisé jaune qui, par une piste jusqu'aux ruines du Détras puis un sentier étroit dans la forêt nous amène au col après lequel il descend la barre de Taillan vers les gorges d'Ollioules.

    Châteauvallon, le télégraphe

    Passer le pointeur sur les images pour voir les légendes. Cliquer sur les images pour les agrandir

     

    Près de ce col nous rendons visite à la grotte du Patrimoine puis nous prenons en montée vers l'Est le sentier balisé bleu. Un peu moins de 100 m plus haut nous arrivons près d'un bâtiment qui est ce qui reste, après restauration, de l'avant-dernière station de la ligne Paris-Toulon du télégraphe Chappe. Ce moyen de communication optique inventé par les frères Chappe à la fin du XVIII ème siècle permettait de joindre Paris à Toulon en quelques heures. Son utilisation a cessé vers 1850 après la mise au point des techniques électriques (plus de détails ICI ). Entre Marseille et Toulon il y avait six stations : Saint-Marcel, Aubagne, Roquefort, Ceyreste, la Cadière et donc Ollioules ( ICI ).

    Le DétrasLa grotte du Patrimoine

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le télégrapheLe télégraphe

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après le télégraphe le sentier continue de s'élever rudement dans un lapiaz  agressif jusqu'à un sommet où se trouve un énorme parallélépipède  de pierres qui servait de borne marquant la limite entre les communes d'Ollioules et d'Evenos. Mais c'est surtout la vue panoramique qu'on a sur tout l'Ouest du département pendant la montée et depuis le sommet qui retient notre attention.

    Au fond à gauche on devine l'île de BendorVue vers l'Ouest.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Zoom sur le château d'Evenos et le fort du PipaudonVers le Nord, toute la chaîne de la Sainte-Baume

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous suivons la crête du Capeu Gros pour rejoindre le tracé du GR51 sur lequel nous gagnons encore une cinquantaine de mètres dans les cailloux pour trouver un chemin plus confortable qui traverse d'Ouest en Est le Croupatier.

    Une nouvelle borne Et maintenant on découvre la rade de Toulon

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous dépassons le croisement avec la piste qui descend vers le Détras et prenons un peu plus loin un sentier discret qui monte à un point culminant qui est à la fois un beau belvédère et un endroit agréable pour la pause pique-nique.

    Depuis le croisement, vers l'OuestDepuis le croisement, vers l'Est

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Du sommet, vers l'EstDu sommet, la rade

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Du sommet, le Cap Sicié et les EmbiezVers l'Ouest

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pour le retour nous prenons une sente qui longe le bord de la falaise et nous amène sur la piste croisée à l'aller. Nous la suivons en descente régulière et panoramique jusqu'à un lacet où nous la quittons sur la gauche pour un sentier assez dégradé qui traverse la forêt et rejoint la piste de Châteauvallon. Quelques centaines de mètres plus loin, nous sommes de retour au parking après un peu moins de 10 km et un peu plus de 400m de dénivelé.

    En bas, la piste que nous allons utiliser pour la descenteNous approchons de la piste.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    En cette saison peu favorable quelques rares fleurs subsistent quand même au milieu d'une végétation plutôt austère : des lilas d'Espagne rose vif (Centranthus ruber, famille des caprifoliacées) et, de la même famille, des scabieuses maritimes mauve pâle (Scabiosa atropurpurea, subsp. maritima).

    Lilas d'EspagneScabieuse maritime (les feuilles)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scabieuse maritime

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Lundi 9 Décembre 2019 à 08:32

    Magnifique parcours, un peu caillouteux pour moi, mais bon, superbes vues ... Bises et bon début de semaine;

      • Lundi 9 Décembre 2019 à 18:18

        C'est vrai qu'au dessus du télégraphe il n'y a que des cailloux. Mais ça toujours été comme ça. Par contre, beaucoup d'autres sentiers, là et ailleurs, ont été considérablement dégradés ces quelques dernières années. Les intempéries, à coup sûr, et aussi par endroits, une fréquentation intensive, à pied et à VTT.  Mais les panoramas depuis ces crêtes méritent bien quelques efforts et attentions.
        Cordialement

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :